Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'Autre vie d’Orwell de Jean-Pierre Martin

Jean-Pierre Martin
  L'Autre vie d’Orwell

L'Autre vie d’Orwell - Jean-Pierre Martin

L'auteur et son héros
Note :

   Si un auteur est emblématique de ce XXème siècle tourmenté c’est bien George Orwell.
   
   L’essai de Jean-Pierre Martin n’est pas une biographie, c'est le récit de quelques mois de la vie d'un homme.
   
   C’est un écrivain en marge, ses prises de position antifascistes, sa participation et ses écrits sur la Guerre d’Espagne l’on rendu à la fois connu mais aussi impopulaire car à contre courant.
   
   Les journaux lui refusent ses articles, il a pris position pour l’indépendance de l’Inde, il affiche un anti-stalinisme très peu orthodoxe pour l’époque.
   
   C’est un homme fatigué, il vient de perdre sa femme, il est marqué par la tuberculose qui finira pas l’emporter et en 1946 il éprouve le besoins de vivre à l’écart du monde pour pouvoir se consacrer à l’écriture.
   
   Il choisit pour sa retraite l’île de Jura en Ecosse, une île loin de tout, le voyage prend plusieurs jours, de bateau en bateau, de petites routes en chemins.
   
   Il va vivre environ deux ans dans la ferme de Barnhill, une île envahie par les cerfs et très peu peuplée mais qui fabrique un Single Malt très prisé des connaisseurs.
   
   Chose plus étrange encore Orwell s’installe sur l’île avec un très jeune enfant, son fils adoptif alors que la maison est tout juste habitable : pas de chauffage, pas d’électricité...
   
   Il va réinventer sa vie, se transformer en agriculteur, il sème, il plante, il retourne la terre, il crée un poulailler, achète une vache, crée un potager, se fait menuiser, plombier, bref en quelques semaines il peut vivre en autarcie. La sœur d’Orwell et quelques amis feront le voyage jusqu’à Barnhill.
   
   Un très bel essai qui révèle une facette de cet écrivain surprenante et qui s’interroge sur les raisons de ce retrait.
   
   JP Martin a tenté de comprendre cette volonté de vivre loin de tout, coupé du monde, il s’est rendu à Jura et il dit :
   "maintenant que je peux imaginer l'homme oscillant entre la main à plume et la main à charrue, entre la chambre où s'invente Big Brother et cette vie du dehors livrée aux éléments, à l'écart de l'Histoire, je ne vois pas davantage de raison majeure, de raison tout court qui l'emporterait, qui puisse justifier cette fugue, mis à part ce qui dépasse la raison, une pulsion profonde, une intériorité exigeante, radicale"
   

   
   L’auteur nous permet de voir vivre Orwell, échapper ainsi à la pression de Londres, aux polémiques, aux demandes en tous genres. Il nous le montre heureux de s’occuper de son fils Richard et peu gêné par la rudesse des conditions de vie, s’adonnant à la chasse et à la pêche pour améliorer l’ordinaire.
   
   Un temps de pose où il redevient Eric Blair avant que la maladie le rattrape.
   
   Lisez cet essai qui donne fortement envie de lire une biographique de George Orwell et de le retrouver sur le Quai de Wigan ou en Catalogne
   
   Dans cette même collection vous pouvez retrouver le livre de Pierre Bergounioux sur Faulkner chez Marque-pages.

critique par Dominique




* * *