Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Elise ou la vraie vie de Claire Etcherelli

Claire Etcherelli
  Elise ou la vraie vie

Elise ou la vraie vie - Claire Etcherelli

Un livre qui fit du bruit en son temps et qu'il serait mauvais d'oublier
Note :

   Plus de quarante ans après sa publication, "Elise ou la vraie vie", le beau roman de Claire Etcherelli, reste une exception. Il se présente comme un roman traditionnel, à la Balzac : une jeune fille provinciale, confinée dans le foyer qu’elle partage avec sa grand-mère et son jeune frère Lucien à Bordeaux, "monte" à Paris. Là enfin elle va connaître la vraie vie. Il s’agit donc d’un roman de formation, dont le héros, qui plus est, est une héroïne. Jeune fille tranquille dont toute l’existence est vouée à sa grand-mère et surtout à son frère, Elise rejoint celui-ci à Paris en effectuant un véritable détournement de biens – première transgression. Ne pouvant vivre aux crochets d’un frère incapable de gagner sa vie régulièrement, elle doit se chercher du travail et se faire embaucher, sur la recommandation de Lucien, dans une usine de montage automobile, où elle travaille à la chaîne, comme contrôleuse.
   
   Il y a alors un basculement dans le roman naturaliste social, à la Zola. Elise nous fait découvrir la réalité du travail à la chaîne de l’intérieur : les conditions rendues infernales par le bruit, les odeurs, les cadences imposées par la chaîne, la brutalité des rapports humains. Tout cet univers du taylorisme, mis en scène par Charlie Chaplin, est à peu près absent du paysage romanesque francophone.
   
   A l’usine, Elise fait une autre découverte : le roman se déroule dans la France de la guerre d’Algérie et une bonne partie des ouvriers de l’usine sont des Algériens, soumis à l’hostilité plus ou moins sourde de leurs collègues, en butte aux contrôles incessants de la police, aux arrestations, à la prison et aux expulsions, dès qu’ils passent la porte de l’usine.
   
   C’est dans ce contexte qu’Elise va tomber amoureuse d’Arezki, un collègue algérien, nouant une intrigue aussi poignante qu’éphémère.
   
   Ainsi, sans prétention apparente, ce roman aborde tout le nœud de la situation sociale et politique d’une époque, en conservant tout au long un ton mesuré. C’est pourquoi Elise reste à peu près seule dans l’univers romanesque de son époque à s’être confrontée à la "vraie vie".

critique par Jean Prévost




* * *