Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Liberté dans la montagne de Marc Graciano

Marc Graciano
  Liberté dans la montagne

Liberté dans la montagne - Marc Graciano

Le temps de l'imaginaire
Note :

   Comment parler d’un livre que l’on a énormément aimé au point d’avoir envie de le garder pour soi?
   
   Le livre débute comme un récit initiatique, vous ne saurez jamais où se passe le récit, ni le nom des deux personnages, ni d’où ils viennent, ni où ils vont.
   "Depuis bien des jours le vieux cheminait avec la petite le long de la rivière."
   Le vieux et la petite vont cheminer ensemble tout au long du roman, le vieux protégeant la petite, l’éveillant à ce qui l’entoure, la portant quand elle est fatiguée, la réchauffant quand elle a froid, la nourrissant avec amour.
   Ce que l’on devine c’est que le récit fait retour vers un monde médiéval, un monde ancien. L’homme et l’enfant vont affronter ensemble des épreuves.
   
   Un moyen-âge imaginaire se déploie, le village et ses remparts, un tournoi avec des chevaliers en cotte de mailles et des dames portant hennin, le travail des artisans le long de la rivière.
   Ils vont croiser la route d’une série de personnages, bienveillants ou dangereux, comme les figures d’un ancien jeu de cartes, l’auteur les nomme : il y a le géant, l’abbé, le veneur. Les lieux traversés sont nommés avec le même laconisme : le marais, la ville….
   
   Le vieux se fait éducateur :
   "Il lui dit qu’ils possédaient le ciel et il lui dit qu’ils possédaient la forêt et il lui dit qu’ils possédaient les poissons dedans la rivière et aussi les animaux de la forêt. Il lui dit qu’ils possédaient les plantes et il lui redit qu’ils possédaient le ciel et aussi les oiseaux dedans le ciel"
   
   "De grands et nobles animaux enfantés par la nuit des forêts et le vieux lui parla de leur vie de bêtes traquées. Il lui parla de leur vie de proies fugitives et lui parla de leurs mœurs. Il lui parla des rudes combats entre mâles et lui parla des femelles faonnant dans les chambres de feuillage."
   

   Il lui nomme le monde, lui montre ses beautés et ses pièges
   "Chaque fois qu’il le pouvait, le vieux enseignait la petite sur les êtres et sur les choses qu’ils rencontraient. Le vieux nommait à la petite toutes les choses qu’elle découvrait et, quand il le connaissait, il lui en décrivait l’usage."
   

   Il l’avertit de la folie des hommes lorsqu’ils assistent à un exécution
   "le vieux dit à la petite qu’il n’existait pas de mot pour le décrire et il se tut en poursuivant sa marche puis, après un moment encore, le vieux reprit la parole et il dit à la petite fille que, de surcroît, il n’aurait servi à rien de l’inventer."
   

   Avec lui elle découvre le monde, sa violence, ses lois, sa beauté.
   
   Le chemin sera long et semé d’embûches, de belles rencontres, de dangers évités pour atteindre le but du voyage.
   
   Le récit se déploie et l’auteur utilise un mode d’écriture basé sur la répétition, ces répétitions transforment les phrases en litanies, donnent au récit un rythme lent et procure une sensation un peu hypnotique.
   
   C’est une écriture qui envoûte mais qui aussi se mérite, l’auteur vous fait parcourir des lieux escarpés et sa langue est elle-même une épreuve initiatique.
   
   Pour le lecteur aussi il s’agit d’apprentissage, les mots du travail, des outils, de la chasse, de la pêches, les mots des joutes et des tournois. Ils sont autant de pièges et de détours qu’il vous faudra passer.
   
   J’ai noté au fur et à mesure tout un vocabulaire inconnu, inusité, rare, et j’ai béni mon Littré et mon Dictionnaire historique de la langue française.
    brousser cabarer eubage
    cosnil camail archiatre faonner
    muid brassin abeausir
    toue achevaler ablais dosse
    ébarouir adamantin
   
   Pour apprécier ce livre il faut accepter de se laisser surprendre, ensuite on est envoûté et on pénètre dans les terres secrètes de Marc Graciano.
   
   Ce livre est beaucoup plus qu’une bonne surprise, c’est un récit splendide auquel il faut faire une place dans votre bibliothèque.
   
   
   PS : L’auteur : C’est le premier roman de Marc Graciano qui est infirmier en psychiatrie et vit près du Plateau de Retord (Jura) dont les paysages ont sans doute inspiré plusieurs pages de ce roman.

critique par Dominique




* * *