Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: Les aventures de Jack Aubrey de Patrick O'Brian

Patrick O'Brian
  Ados: Les aventures de Jack Aubrey

Ados: Les aventures de Jack Aubrey - Patrick O'Brian

Merveilleux pirates !
Note :

   Attention, coup de foudre littéraire! Un grand merci à Peter Weir qui a eu la bonne idée d'adapter au cinéma l'un des romans de cette vaste saga signée Patrick O'Brian. Sans "Master et Commander" je n'aurais probablement pas lu les aventures de Jack Aubrey, étant quelque peu fâchée avec les romans maritimes. Depuis le film de Weir, j'arpente avec bonheur le pont des sloops, bricks et frégates en compagnie des deux frères d'armes les plus épatants de la création littéraire : Jack Aubrey et Stephen Mathurin.
   
   D'un côté, Aubrey, grand gaillard anglais de nature vive et joyeuse, aimant les femmes et la bonne chère, capitaine courageux et chanceux, aimé de ses hommes, parfois un peu lourdaud et maladroit...
    De l'autre, Stephen Mathurin, à moitié Irlandais et Catalan, brillant chirurgien au service de Sa majesté, espion à ses heures perdues, naturaliste passionné, esprit intelligent et cultivé, amoureux malheureux qui souffre de son physique disgracieux.
   
    Le premier volume "Maître à bord", débute comme un roman d'Alexandre Dumas. En 1800, dans un salon de musique où l'on peut entendre du Locatelli, un des auditeurs, Aubrey, emporté par son enthousiasme, dérange son voisin, un homme maigrichon au teint pâle, Mathurin. Après quelques réflexions désobligeantes, le bouillant Aubrey se sent d'humeur à châtier l'insolent qui ose lui tenir pareils propos. Forcément, on attend un duel. Raté. Le lecteur assiste aux débuts d'une belle et solide amitié qui va unir ces deux fortes personnalités sur 20 volumes et une quinzaine d'années
   
   Personnalités opposées mais complémentaires, Aubrey et Mathurin vont tisser des liens d’amitié indéfectibles renforcés par leur amour commun de la musique. Certes, comme dans la plupart des tandems, les engueulades sont inévitables et mémorables. Mathurin ignore le plus souvent les ordres et condamne bien des règles qu’il juge trop sévères, règles pourtant vitales quand on passe la plupart de sa vie sur un navire où la discipline est aussi une question de survie, comme ne cesse de lui rappeler Aubrey.
   
   Ces deux compagnons sont entourés d’une foule de personnages que l’on apprend à connaître et aimer au fil des aventures : l’irascible Killick, valet attitré de Jack Aubrey, l’irréprochable Bonden son patron de canot, le joyeux Pullings, second du capitaine, Babbington et bien d’autres.
   
   Les femmes ont aussi leur place. Après bien des frasques, et une rivalité qui manque de leur coûter leur amitié, Jack épouse la sage Sophie tandis que Stephen s’enflamme pour la volcanique Diana qui n’est pas sans rappeler Scarlett O’Hara.
   
   Bien sûr l’essentiel des aventures se déroulent sur les océans. Mais le fonds historique de la saga est passionnant : les guerres napoléoniennes. L’auteur s’est minutieusement documenté sur cette époque. Tout est passé en revue depuis les us et coutumes de l’Amirauté en passant par les espèces animales que l’on découvrait, ou les repas servis au Carré…
   
   Certains termes marins demeurent délicieusement obscurs, mais au terme de ces vingt livres, le lecteur finit tout de même par savoir ce que sont haubans, huniers, cacatois, mâts de misaine et d’artimon…
   
   Les missions sont dangereuses à souhait, c'est l'Aventure avec un grand A : Aubrey sait mener les hommes à la bataille comme personne, les combats sont terribles. Mathurin de son côté doit échapper aux Français qui ont juré sa perte. Drames, trahisons, emprisonnements, revers de fortune, naufrages, épidémies... rien ne sera épargné à nos deux héros qui doivent lutter contre des vents contraires.
   
   Et pourtant, l'humour domine le plus souvent. D'abord, et en partie, grâce aux relations entre les différents personnages : les calembours de Jack Aubrey qui indisposent Mathurin, les maladresses de ce dernier qui ne parvient pas à retenir le vocabulaire nautique, et qui chute fréquemment du pont du navire, les remarques désobligeantes mais toujours réjouissantes de Killick qui frôle souvent l'insolence.
   
   Les enfants apportent aussi une belle touche de fantaisie. Ceux d'Aubrey bien sûr. Les trois enfants n'ont pas de nounou mais sont régulièrement sous la bonne garde des membres de l'équipage. En conséquence, les gamines ne parlent pas mais braillent comme si elles se trouvaient sur le pont et connaissent presque tous les jurons préférés des marins. Il y a aussi les deux petites filles noires, sauvées d'une île dont les habitants ont été décimés par une maladie. Sous la protection de Mathurin, elles finissent par faire partie de l'équipage, après une malheureuse tentative de les confier à un orphelinat. Là encore, beaucoup de scènes désopilantes.
   
   De l'action, de l'humour... et de l'émotion. De beaux moments de fraternité, de scènes d'amour. La touchante relation de Stephen avec son valet irlandais Padeen trouve son apogée dans l'épisode se déroulant à Bottany Bay. et c'est dans "Le Revers de la médaille" que l'on peut lire la plus belle scène de fraternité de la Marine anglaise...
   
   Cette saga est un véritable chef-d’œuvre, un tour de force car non seulement, l'écrivain capte l'attention du lecteur au cours des 20 volumes, mais il le fait voyager, lui apprend une foule de choses, sans jamais l'ennuyer, et lui fait éprouver bien des émotions. Je me souviens à quel point l'impatience me tenaillait entre les parutions de chaque volume chez Omnibus... Et sitôt le livre acheté, je le lisais immédiatement...
   
   On ne peut que s'attacher à Aubrey et Mathurin d'autant plus que nous les voyons changer au fil des années. Ils deviennent des compagnons que l'on peut retrouver, magie de la littérature, à chaque fois que l'on ouvre à nouveau l'un des livres... L'écriture est de qualité, l'érudition de mise... que demander de plus?
   
   Depuis cette mémorable découverte, j'ai essayé les aventures du capitaine Hornblower (C.S. Forester) ou celles de Bolitho (Alexander Kent), deux autres sagas fort appréciées des amateurs, mais la magie de fut pas au rendez-vous. J'en resterai donc à Patrick O'Brian.

critique par Folfaerie




* * *