Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Qu’avons-nous fait de nos rêves ? de Jennifer Egan

Jennifer Egan
  Qu’avons-nous fait de nos rêves ?
  Manhattan Beach

Qu’avons-nous fait de nos rêves ? - Jennifer Egan

Le prix Pulitzer 2011
Note :

   Titre original : A visit from the Goon
   
   
   Nous avons tous fait l’expérience que les souvenirs qui nous habitent remontent de façon non linéaire, désordonnée. Le temps se mélange, les impressions aussi. On hésite parfois se demandant si un événement est intervenu avant ou après tel autre. Et tout cela remonte par jaillissement à l’évocation d’un nom, d’une anecdote ou d’une séquence.
   
   C’est aussi, beaucoup à franchement parler, cette impression que l’on retire de la lecture du dernier roman de la grande romancière américaine qu’est Jennifer Egan, celle d’un livre qui part dans tous les sens et dont on a la plus grande difficulté à rassembler les pièces d’un puzzle dont les personnages traversent le temps, se croisent sans forcément se connaître et finissent par errer dans une Amérique qui ne sait ni où elle va, ni ce qu’elle est devenue. Certains crieront au génie (à preuve : le roman se vit décerner le Prix Pulitzer 2011, mais bon, un Prix ne veut plus forcément dire grand chose comme nos chroniques en témoignent régulièrement). D’autres s’y ennuieront carrément, agacés par le tracé de voies sinueuses dans un monde qui nous est inconnu, qui ne nous parle pas, voire par une intellectualisation qui confine au ridicule ici.
   
   Tous ces personnages viennent d’un temps révolu : celui de l’Amérique insouciante des années soixante-dix du côté de San Francisco. La musique punk s’y déverse à flots autant que l’alcool, les drogues en tous genres et la révolution sexuelle débridée qui veut que l’on couche avec n’importe qui sous n’importe quel prétexte ou presque.
   
   Ils sont désormais adultes, désabusés, divorcés et/ou remariés dans une Amérique sans but et ont tous, ou presque, abandonné leurs rêves de jeunesse. Bernie, le découvreur de groupes punk obscurs parfois devenus une gloire éphémère, végète désormais à tenter de produire d’encore plus obscurs artistes solitaires. Lou la rock-star qui collectionnait les femmes est mort de ses excès. Kittye s’est refait une gloire en abusant d’une publiciste paumée et d’un général génocidaire. Ron s’est noyé dans l’Hudson River après avoir trop consommé de drogues. Il n’y a guère que Sasha, la kleptomane, qui continue à cheminer fragile et indécise sur la corde raide de sa jeunesse.
   
   Passant sans cesse d’un personnage à un autre, d’un lieu à un autre, d’un temps à un autre, nous noyant sous un déluge de titres de musique qui ne nous parle pas, Jennifer Egan finit par nous instiller la même overdose que celle qui n’a cessé de menacer ses personnages. On renonce à comprendre et se met en mode automatique en espérant que le bouquin se termine bientôt.
   
   Et puis, sans crier gare, nous voici mis en face d’une centaine de slides powerpoint dont, là encore, nous comprenons qu’elles tentent de figurer les impressions et les décodages des enfants de ces adultes à la dérive vis-à-vis de leurs parents. C’est pathétique et carrément du foutage de g….! Sans compter, que pour couronner le tout, la romancière nous assène une fin dans un New-York qui se relève de quinze ans de guerre (on ne sait pas pourquoi), sous surveillance policière constante, où l’on ne se parle plus que par Smartphones, sous un climat devenu fou du fait du global warming et où l’obscur artiste dont personne ne voulut dans les années folles devient enfin la star internationale. Mon dieu, jamais encore on n’était tombé si bas.
   
   A fuir!
    ↓

critique par Cetalir




* * *



Lectrice perdue cherche balises
Note :

   Pour ce roman, l'auteur s'est vu attribuer le prestigieux Prix Pulitzer 2011, on peut donc s'attendre à un ouvrage talentueux et une solide marque littéraire.
   
   Livre totalement américain, il raconte l'histoire de tout un groupe de jeunes à San Francisco qui se sont rencontrés dan les années 70, continuent de se fréquenter, se sont perdus de vue, vont se revoir ou pas. Sur fond de musique punk comme seule l'Amérique peut en produire, devenus adultes, ils dressent le bilan de leurs vies, illusions et surtout désillusions, gloire loupée, amour manqué.
   
   Peu d'espoir, pas vraiment de porte de sortie et une construction romanesque fracturée qui complique l'ordre qu'essaie de mettre en place le lecteur pour poursuivre une lecture difficile.
   
   Pourtant, les portraits de ces quadras revenus de leur rêve de gloire sont dépeints avec justesse et humour, mais on se perd vite dans des aller-retour incessants dans le temps et dans une quantité de personnages, paumés du rêve américain, trop nombreux. Le livre ressemble à un parcours difficile, déstabilisant et perturbant.
   
   Désolée, je ne peux pas en dire plus.

critique par Marie de La page déchirée




* * *