Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: Belle Epoque de Elizabeth Ross

Elizabeth Ross
  Ados: Belle Epoque

Ados: Belle Epoque - Elizabeth Ross

Zola, pas mort!
Note :

   Thèmes : Paris, XIXe siècle, Société
   
   
    "On demande des jeunes femmes pour faire un ouvrage facile.
    Bienséance respectée.
    Présentez-vous en personne à l'agence Durandeau,
   27, avenue de l'Opéra, Paris."
   

   Roman découverte du Paris du XIXème siècle avec ses codes sociaux, ses règles de bienséance mais aussi l'étroitesse d'esprit de la noblesse et de la bourgeoisie, "Belle Epoque" est librement inspiré de la nouvelle d'Emile Zola "Les repoussoirs". Le Paris de la Belle époque est un Paris riche et sublime, plein de raffinement, de l'élégance des robes en taffetas, de gants, d'accessoires de mode. C'est aussi la période fastueuse de progrès technologique et architectural, c'est la construction de la Tour Eiffel et la découverte des sciences, de la photographie, de la peinture, des arts.
   
   Une description généreuse de tout cet univers mondain, plonge le lecteur dans un Paris affriolant et attractif, nous en mettant plein la vue. Pourtant sous le masque des apparences, se cache une société élitiste, qui valorise la beauté en louant des faire-valoir. L'agence Durandeau excelle dans cet art du paraître, utilise des femmes à l'aspect physique singulier et peu flatteur pour sublimer la beauté des clientes. On les appelle des repoussoirs. Maude Pichon, 16 ans a fuit son village de Bretagne pour vivre ses rêves à la capitale. Pourtant, les choses ne se passent pas comme prévues car difficile, sans argent, de subvenir à ses besoins. C'est désabusée et miséreuse qu'elle se présente à l'annonce de l'agence Durandeau pour devenir un repoussoir. Maude semble convenir au poste et la Comtesse Dubern la choisit pour un travail très spécial. En tant que faire-valoir d'Isabelle Dubern, Maude aura les fonctions d'amie et de confidente de la jeune fille qui fait son entrée dans le monde, prête à être mariée à un bon parti. Mais comment cacher un si lourd secret quand le cœur de Maude est bon et honnête et surtout quand Isabelle s'attache à elle alors qu'elle n'est qu'une amie de location?
   
   Elizabeth Ross a su restituer avec modernité et goût toute la portée de l’œuvre critique d'Emile Zola. Très vite on est pris dans cette intrigue où la raison, la voix de l'honnêteté et de la bonté est opposée à celle du complot, de la bêtise humaine et de la futilité de certaines richesses. C'est avec justesse qu'Elizabeth Ross a su recomposer tout un Paris incroyable, une ville en ébullition à la veille de l'Exposition universelle de 1889. Les personnages, les décors sont vraiment bien décrits grâce à une plume dynamique et agréable. L'intrigue est bien menée et on prend conscience de ce monde où la cupidité, le luxe, l'hypocrisie sont de mises pour mieux se faire une place dans la société au détriment des vrais sentiments. Durandeau est un homme écœurant, Marie-Josée est une bouffée d'air pur et Isabelle est surprenante.
   
   Je me rappelle aussi qu'adolescente, je boudais les classiques. L'idée de reprendre une nouvelle d'Emile Zola et de remettre au goût du jour, dans une plume fluide, agréable et dynamique, ce genre de registre est intéressant. "Les repoussoirs" trouve encore des échos dans notre société actuelle, celle du culte du corps, de la beauté. Où tout ce qui est loin de la minceur, ou atypique est finalement dénigré et regardé avec un sentiment négatif. "Belle époque" va plaire au public adolescent, c'est certain. C'est un bon roman qui fait réfléchir sur les valeurs, les notions de beauté, d'apparence et de manipulation. Maude est une héroïne naïve, mais peut-on vraiment lui en vouloir de se prendre au jeu de la haute société? Elle découvre les sorties mondaines : les bals, l'Opéra, les bijoux... Notre côté fleur bleue et romantique est pris d'affection pour cette jeune fille au cœur pur qui ose rêver!
   
   PS : Le volume contient la nouvelle d'Emile Zola.

critique par Laël




* * *