Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La vengeance du wombat et autres histoires du bush de Kenneth Cook

Kenneth Cook
  Cinq matins de trop
  Le koala tueur et autres histoires du bush
  Par-dessus bord
  A coups redoublés
  L'ivresse du kangourou
  La vengeance du wombat et autres histoires du bush
  Téléviré
  Le Blues du Troglodyte

Kenneth Cook est un journaliste, réalisateur, scénariste et écrivain australien né en 1929, et décédé d'une crise cardiaque en 1987.

La vengeance du wombat et autres histoires du bush - Kenneth Cook

Bestiaire austral
Note :

   J'ai beaucoup aimé les trois romans de Kenneth Cook lus jusqu'à présent. J'ai vu que d'autres avaient été édités depuis, donc il faudra que je m'y remette! Par contre le seul recueil de nouvelles lu ne m'avait pas réellement plu! Mais bon, des histoires courtes venant de l'autre côté de la terre valent bien une seconde chance!
   
   La nouvelle qui donne son titre à l'ouvrage commence ce recueil. Pour deux cents dollars, un homme et son chien, nommé George, doivent capturer un wombat mâle! C'est pas gagné!
   
   "Faut des tripes pour toucher des opales", c'est en sorte la version australienne de Guillaume Tell, midi sous le soleil, les protagonistes en sont à leur dixième bière, l'enjeu un lot d'opales! Prêt, feu!
   
   "Le quokka tueur", si vous aviez vu l'auteur de ce livre sur son vélo, filer à brides abattues, vous auriez pensé qu'il s’était dopé. Amphétamines, EPO, non, un problème de voisinage vélocipédique avec un quokka!
   
   "Des serpents très, très perturbés", vous parlez d'une situation : aider à la capture de serpents... en plus de serpents en colère! Pas drôle la vie du bush!
   
   Un chien pour changer, son nom "Mort-Blanche", il vaut mieux être à tu-et à toi avec lui et surveiller son langage!
   
   "Qui veut acheter une grenade". Les hommes sont chargés d'alcool, c'est sûr! Mais les grenades sont-elles chargées de poudres! Les paris sont ouverts!
   
   "Espèces dangereuses" : notre narrateur, un scientifique, une voiture et dans celle-ci un kangourou mort, et un crocodile vivant. Qui est le plus en danger!
   
   Le personnage principal, narrateur-auteur? Narrateur, c'est sûr, auteur, c'est probable. Homme buveur, fumeur donc en petite forme physique, ce qui lui joue des tours, et surtout sorte d'aimant à ennuis.
   
   Les autres protagonistes sont du même tonneau (de bière bien sûr!), aventuriers de tout poil, baroudeurs, buveurs, vantards et grandes gueules. Assez saouls et stupides pour parier de castrer un cochon monstrueux! Qui se vengera! Un chasseur de buffles un peu escroc. Un jeune aborigène sort un peu du lot, il est intelligent, mais guère réaliste... l'âge sûrement.
   
   Autres protagonistes : des animaux de tous poils (désolé pour la répétition), mais aussi de toutes écailles, de toutes sortes de pelages, de soies même pour certains et qui subissent toutes sortes de traitements en particulier un lézard destiné à être une espèce de cosmonaute! On croise aussi un kangourou qui n'a même pas la reconnaissance du ventre... les remerciements il se les met dans la poche... et même pas son mouchoir par dessus! Un fraudeur du fisc qui donnerait des furoncles à nos dignes représentants de l'opération "pièces jaunes", et un aborigène nommé Bilianggarakoola, mais qui dans sa bonté vous dit gentiment "Appelez moi Bill" font partie des fous furieux croisés au fil des pages!
   
   Ne pas oublier le lieu où le narrateur subit toutes ces mésaventures :
   -La vie est très étrange, du Mauvais Côté du fleuve Darling, dans l'ouest de la Nouvelle-Galles du Sud...

   
   C'est le délire le plus complet, la bière coule à flot, les mésaventures tombent comme à Gravelotte, les animaux sont tout sauf ce qu'ils devraient être.
   
   Malgré tout cela n'a pas la force de ses romans que j'ai déjà lus, c'est agréable, peu plausible et amusant et très certainement vite oublié!
   
   
   Extraits :
   
   - Je reconnus l'ébauche des disputes débiles qui surviennent dans les pubs de l'Ouest sous le coup de midi, après les dix premières bières de la journée.
   
   - Comme tous les vrais broussards blancs, ma technique de préparation du canard se résume à demander au maître d'hôtel qu'il soit bien cuit et que la sauce à l'orange ne soit pas trop sucrée.
   
   - Le combat n'aurait sans doute pas eu lieu si l'homme n'avait pas été saoul. Ce qui n'a rien d'exceptionnel, car l'abus d'alcool motive tout ce qui se passe du Mauvais Côté du Darling. Tout le monde s'y cuite, en permanence. Il n'y a aucune autre activité.
   
   - C'était une bête à l'air cruel, avec des traits de sale rongeur et une gueule ingrate, mais elle était petite et ne montra d'abord aucune tendance agressive.
   
   - Le seul trait qui le distingue de la tortue, c'est sa touffe de cheveux jaunes : il ressemble donc à une tortue avec une perruque.
   
   - Je le suivis, d'un pas moins décidé, en me demandant une fois de plus ce que je fichais là au juste.
   
   - Et s'il était tout simplement un amateur de furet? Non, il appartenait probablement au nombre de fous furieux qui infestent les zones les plus reculées d'Australie.
   

   Titre original : Wombat Revenge.

critique par Eireann Yvon




* * *