Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dès 11 ans: Le miroir brisé de Jonathan Coe

Jonathan Coe
  La maison du sommeil
  Bienvenue au club
  La Femme de Hasard
  Le cercle fermé
  Les Nains de la Mort
  Testament à l’anglaise
  La pluie, avant qu'elle tombe
  La vie très privée de Mr Sim
  Dès 11 ans: Le miroir brisé
  Expo 58
  Désaccords imparfaits
  Une touche d’amour
  Numéro 11

Jonathan Coe est un écrivain britannique, né en 1961.
Il a reçu le prix Médicis étranger en 1998 pour "La Maison du sommeil".

Dès 11 ans: Le miroir brisé - Jonathan Coe

Pour tenir quand l'adolescence n'est pas facile
Note :

   
   Illustrations de Chiara Coccorese
   

   
   Thèmes : Imaginaire, Société, Adolescence
   
   
   Claire, 9 ans est fille unique. Enfant solitaire et réservée, elle aime se promener à la déchetterie, à quelques mètres de son jardin. Elle aime cet endroit où s'accumulent des objets hétéroclites, des vieux objets laissés à l'abandon. C'est là qu'un vif éclat de lumière attire son attention. Claire ramasse alors un morceau de miroir brisé en forme d'étoile irrégulière. Mais le reflet que lui renvoie le miroir ne correspond pas à la réalité. Le miroir est magique et reflète des décors de toute beauté, des choses extraordinaires qui fascinent Claire. Sa maison est un château aux coquillages, qui ressemble étrangement à celui qu'elle a construit lors de ses vacances à la mer, sa peluche est un tigre majestueux, sa chambre offre une belle vue sur une mer turquoise. Cette découverte est d'autant plus précieuse que seule Claire peut voir toutes ces choses fantastiques. Le monde que le miroir magique reflète est tellement plus beau que celui dans lequel vit Claire. Et si les rêves avaient le pouvoir de changer le monde?
   
   "Le miroir magique" est un texte magnifique, incisif et limpide où poésie et onirisme se côtoient pour nous offrir un conte moderne, aux propos très contemporains et aux illustrations surréalistes. Jonathan Coe évoque le dur passage de l'enfance à l'adolescence qu'il analyse subtilement par une approche psychologique et interprétative. Claire ne se sépare plus de son miroir. Elle rêve d'une vie qu'elle n'a pas. Ses parents divorcent, son amoureux en embrasse une autre, elle a des boutons d'acné ; peu importe, il suffit de regarder son miroir pour que Claire oublie ses soucis.
   
   Réflexion lumineuse à la fois philosophique et politique sur notre monde tel qu'il est et la manière de le rendre meilleur, "Le miroir brisé" est aussi un beau texte sur le grandir, l'apprentissage de la vie, l'amitié, la solidarité, les choses qui changent, les relations parents-enfants et le douloureux deuil de l'enfance. Claire est une héroïne vulnérable et attachante. Comment ne pas vivre dans ses rêves lorsque la réalité nous déçoit?
   
   Le miroir réfléchit une réalité idéale, sublimée, utopique, illusionnée... alors que Claire est une enfant plutôt triste, isolée. Elle a dû mal à vivre en société et n'a pas d'amis. Pour elle, ce miroir est son objet fétiche, son "doudou", son échappatoire, son désir d'évasion d'un quotidien qu'elle juge insipide. La fin, très surprenante est néanmoins ouverte et permettra aux lecteurs de s'interroger sur notre monde tel qu'il pourrait être sans ses défauts et sa cruauté. Construit en dix chapitres, tous ponctués par une illustration en couleurs de Chiara Coccorese, "Le miroir brisé" est un roman envoûtant et déroutant, au ton mélancolique et pourtant tellement porteur d'espoir. Un premier roman jeunesse réussi pour l'auteur.
   ↓

critique par Laël




* * *



Naissance de l'objectivité
Note :

   Je cherchais une lecture détente, et qui donne le moral. Je me suis tournée vers un livre jeunesse (à partir de 11 ans) de Jonathan Coe, parce qu’il est pour moi une valeur sûre. C’est un bon livre pour la jeunesse (et jeune, je ne le suis plus trop visiblement) mais je n’y ai pas trouvé ce que j’y cherchais.
   
   Quand le roman s’ouvre, Claire est une petite fille de huit ans, vivant avec ses deux parents, dans un petit pavillon d’une petite ville anglaise. Elle est heureuse mais trouve déjà que tout est un peu terne, sans relief, sans couleur, sans fantaisie. Ses parents ont visiblement quelques ennuis d’argent à ce qu’elle comprend, ils la laissent un peu trop souvent seule pour discuter entre eux, elle est enfant unique en plus. Un jour, elle va traîner à la décharge et trouve un miroir brisé (celui du titre).
   
   Quand elle regarde dedans, le monde ne lui apparaît pas reflété exactement comme il existe réellement. Ainsi le petit pavillon de ses parents, de construction très cartésienne dirons-nous, ressemble au palais du dieu de la mer (son père), il est tout biscornu et décoré de coquillages. En fait, le miroir reflète un monde tel qu’elle l’aimerait et est donc en rapport avec son âge. Tout au long de son enfance, cela l’aide beaucoup à supporter un quotidien un peu triste.
   
   Un épisode décisif se passe un jour à l’école, lui faisant perdre foi en un monde meilleur, les adultes ne défendant pas la justice mais leurs propres intérêts. De plus, les reflets du miroir ont commencé au fil du temps à ressembler à la réalité. Elle laisse donc son miroir de côté pendant quelques temps, quelques années plus exactement et le reprend pendant son adolescence (ingrate)… pour y découvrir de nouvelles choses et se sentir un peu moins seule.
   
   Vous aurez sans doute compris que Jonathan Coe livre ici un conte sur la perte des rêves de l’enfance mais aussi sur la manière dont il est possible de changer les choses une fois adulte, si on arrive à garder l’esprit de l’enfance justement. Entendons-nous bien, il ne dit pas qu’il faut des châteaux biscornus un peu partout ou que la population ne soit constituée que de pompiers, infirmières ou princesses. Le propos est quand même un peu plus compliqué que cela. Je dirais plutôt que les enfants les plus "rêveurs" dans leur enfance sont d’après lui ceux qui ont développé la plus grande capacité d’imaginer un autre monde, pas forcément un monde extrêmement différent mais un monde meilleur. Ils ne peuvent le faire seul, mais en se regroupant ensemble.
   
   C’est un livre plein de bons sentiments et très mignon, avec un déroulé de l’action assez rapide, qui à mon avis convient bien à un enfant de 10 ans. Je me rappelle bien qu’à l’époque je préférais les livres courts au livres longs, que je portais plus d’intérêt à l’intrigue qu’aux personnages. Sauf que j’ai grandi depuis et pour moi, le livre manque de profondeurs tant justement au niveau des personnages qu’au niveau de l’action : tout est trop simple (les gentils sont gentils et les méchants sont méchants), trop immédiat, sans aucune anicroche. Les gentils gagneront forcément ; il suffit qu’ils soient ensemble.
   
   À la fin, il y a une sorte de miroir brisé où on peut se contempler et j’ai bien vu que j’y voyais trouble. Mon cas est donc désespéré… Je ne peux pas aider à changer le monde.

critique par Céba




* * *