Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Cœur de l'homme de Jón Kalman Stefánsson

Jón Kalman Stefánsson
  Entre ciel et terre
  La tristesse des anges
  Le Cœur de l'homme
  D’ailleurs, les poissons n’ont pas de pieds

Jón Kalman Stefánsson, né à Reykjavík en 1963, est poète, romancier et traducteur, de Knut Hamsun notamment. Il figure parmi les auteurs islandais actuels les plus importants.
Trois de ses romans ont été sélectionnés pour le Prix scandinave de littérature (en 2001, 2004 et 2007). Il a reçu pour son récit Lumière d’été, et ensuite la nuit arriva le Prix islandais de littérature en 2005. "Entre ciel et terre" est son premier roman traduit en français.
(source l’éditeur)

Le Cœur de l'homme - Jón Kalman Stefánsson

Le gamin grandit
Note :

   Titre original : Hjarta mannsins
   
   Dans "le Cœur de l'homme" dernier volume de ce long périple nous retrouvons le gamin de "La Tristesse des anges" qui a trouvé asile chez un médecin. L’hiver se termine, les jours allongent et la lumière emplit le paysage. Une nouvelle campagne de pêche va commencer.
   
   Le gamin est bientôt de retour auprès de Kolbeinn.et tous les personnages s’animent autour de lui, Andrea, Pétur et Einar, l’imprimeur Olaf, Gisli avec qui il se gave de ces mots qui "sont nos armes contre le temps, la mort, l’oubli, le malheur. "
   
   Il rêve et ses rêves "proviennent de l'intérieur, ils arrivent, goutte à goutte, filtrés, depuis l'univers que chacun de nous porte en lui" . Souvent il pense à son ami Bárður qui l’a poussé vers la lecture qui "élargit l’horizon de la vie".
   
   Le gamin fait aussi son apprentissage amoureux et tente de résister à la séduction de Ragnheiður. Bref il grandit.
   
   Tout au long de ces trois livres on est fasciné par les flot des pensées des personnages, leur inquiétude spirituelle, leur culpabilité parfois, le flux des sensations qui les assaillent, tout est amené avec habileté et délicatesse. On est pris d’une totale empathie pour eux et l’on a aucune envie de les quitter.
   
   On a parfois l’impression de se perdre, mais au détour d’une phrase on retrouve une pensée, une émotion, le commentaire parfois drolatique d’un personnage ou un proverbe et l’on poursuit sa route.
   
   Cette trilogie détient un fort pouvoir de fascination. L’écriture demande parfois un effort : les noms, la multitude de personnages sont de légers obstacles qui valent d’être surmontés.
   
   L’ écriture de Jón Kalman Stefánsson est pareille au climat islandais, il peut vous perdre dans ses brumes, ses méandres, ses bourrasques de neige mais son lyrisme vous tient toujours sous sa coupe.
   
   Il faut dire et redire que sans l’extraordinaire traduction d’Eric Boury l’écriture de Stefánsson ne nous toucherait pas autant.
   
   Cette saga est un hymne à l’Islande et aux Islandais férus de récits et de poésie et vous pouvez lui faire une place dans votre bibliothèque
   
   
   Dans l'ordre:
   
   Entre ciel et terre
   La tristesse des anges
   Le cœur de l’homme

critique par Dominique




* * *