Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La Chimie des Larmes de Peter Carey

Peter Carey
  Véritable histoire du Gang Kelly
  Au pays des mangas avec mon fils
  Haut vol: histoire d'amour
  La Chimie des Larmes

Peter Carey est un écrivain australien né en 1943.

La Chimie des Larmes - Peter Carey

Pont entre deux époques
Note :

   Rentrée littéraire de septembre 2013 (romans étrangers)
   
   Londres, de nos jours. Une conservatrice de musée apprend la mort soudaine de son amant. Pour l'aider à faire son deuil, son supérieur hiérarchique lui confie la restauration d'un automate fascinant, basé sur une mécanique subtile... un véritable chef-d’œuvre.
   
   Allemagne, 1854, dans un village perdu de la Forêt Noire : l'Anglais Henry Brandling cherche le meilleur horloger qui soit pour réaliser pour son fils malade le canard de Vaucanson (première moitié du XVIIIe), un jouet mécanique très fidèle à la réalité... une quête qui s'apparente à première vue à une chimère, aucun horloger ne semblant être au niveau du célèbre Vaucanson. Brandling tombe alors sur un curieux trio – un homme, une femme et son fils - qui lui vole les plans du canard et lui force la main pour pouvoir réaliser le jouet.
   
   "J'avais traversé l'Allemagne avec l'assurance catégorique reçue de ma famille que tout le monde, hormis les paysans, y parlait parfaitement l'anglais. Après avoir subi l'assaut de l'agent des douanes, je compris que les paysans étaient largement répandus et me procurai donc une grammaire allemande à la gare du chemin de fer" (p 35).
   

   On voyage d'un chapitre à l'autre, quittant Londres pour l'Allemagne, le temps présent pour le XIXe, à travers deux destins que le hasard a fait se croiser. "J'ai cherché Henry, Henry vivant, Henry au bon cœur. Quelle compagnie indispensable en cette nuit sans fin... Je lisais. Il écrivait" (p 180).
   
   J'ai ouvert ce roman avec beaucoup de curiosité. L'idée de voir s'entremêler deux destinées à 150 ans d'écart me séduisait, sans compter le cadre londonien, le XIXe et les automates qui me fascinaient (et m'effrayaient) quand j'étais petite. C'est un roman original, bien écrit, dont l'un des protagonistes (Henry) est très attachant.
   
   Père d'un petit garçon très malade, il a déjà perdu une fille (morte de consomption) et sa femme lui a retiré son affection depuis. C'est un père fou de son petit qui part en quête du jouet qui pourra faire son bonheur, le distraire de sa maladie : faire réaliser cette perle rare n'est pas une simple lubie ou excentricité de gentleman oisif, c'est peut-être ce qui va sauver son enfant. La dimension dramatique du roman se retrouve aussi aujourd'hui avec Catherine, qui part totalement à la dérive dans les jours qui suivent l'annonce de la disparition de son amant.
   
   Les débuts du roman sont prometteurs, à travers le voyage de Henry qui s'annonce intéressant sur le plan historique et qu'on imagine plein de rebondissements ou enrichi par les souvenirs de sa vie anglaise, tandis qu'à Londres la découverte de l'automate et du journal de Henry par Catherine éveille notre curiosité... Mais mon intérêt s'est quelque peu émoussé ensuite. L'histoire de Henry stagne rapidement ; il est entouré d'une bande d'escrocs mais si lui se demande si son canard sera un jour réalisé, nous savons que ce sera bien le cas puisque nous savons que Catherine doit le restaurer (et, pour ceux qui l'ont lu, pour moi la petite variante finale n'a rien d'un renversement). En ce qui le concerne, on finit par se dire que le seul mystère qui reste entier concerne son fils : le reverra-t-il vivant? Peter Carey fait le choix de nous laisser deviner, la fin n'en étant donc pas vraiment une... ce qui m'aurait peu gênée s'il s'était vraiment passé quelque chose dans les chapitres précédents, parfois un peu obscurs. Il en va de même pour les jours présents, à ceci près que Catherine est beaucoup moins sympathique que Henry. Elle semble prendre un certain plaisir à surjouer la douleur, empilant les bouteilles vides, manquant de respect à ses collègues, profitant de la sollicitude de son patron pour faire n'importe quoi dans le cadre de son travail. J'ai trouvé difficile d'adhérer à ce personnage nombriliste, malgré sa douleur.
   
   J'ai pris plaisir à lire ce roman sur la résilience, mais en partie en raison de ma curiosité concernant le dénouement. C'est un peu déçue que j'ai tourné la dernière page car il m'a semblé que Peter Carey n'était pas allé tout à fait au bout de son idée (le dialogue entre les deux protagonistes à travers les siècles), au demeurant excellente... dommage, car j'ai passé de bons moments!
   
   (…) "il avait pu, à la suite de ce triomphe, commander les plans qui permettraient de mettre en œuvre l'extraordinaire spectacle des trains rapides circulant en douceur dans des tunnels de verre au beau milieu de Fortnum & Mason's" (p 42).

critique par Lou




* * *