Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le chien des Baskerville de Arthur Conan Doyle

Arthur Conan Doyle
  Le chien des Baskerville
  L'homme à la lèvre tordue
  Silver Blaze (Étoile d’argent) and other adventures of Sherlock Holmes.
  Une étude en rouge
  Le signe des Quatre
  Le Pacte des quatre
  Dès 08 ans: Le Chien des Baskerville
  La compagnie blanche
  Les Cinq Pépins d'orange
  Les neuf femmes de Sherlock Holmes
  La ligue des rouquins

Sir Arthur Ignatius Conan Doyle est un écrivain écossais né en 1859 et mort en 1930.
Il créa le fameux personnage de Sherlock Holmes pour lequel il est mondialement connu, mais produisit également de très nombreux romans d'aventures en tous genres, du roman historique à la science fiction. Prolifique, il écrivit aussi du théâtre et de la poésie.
On trouve une des nouvelles de Conan Doyle dans le recueil "Les Fantômes des Victoriens" .

Le chien des Baskerville - Arthur Conan Doyle

Crépusculaire
Note :

   Très belle atmosphère dans cet épisode, le plus connu peut être, des aventures de Sherlock Holmes. Sherlock Holmes, tout le monde connait, de nom. Qui le lit encore réellement? He bien ça en vaut la peine ! Bien sûr, les aventures de S. Holmes sont avant tout des énigmes qu'il importe de ne pouvoir résoudre avant la fin de l'histoire. C'était la conception des ancêtres de nos romans policiers, avec Conan Doyle, Maurice Leblanc, voire plus près de nous Agatha Christie. Ca nous parait un peu désuet, affaire d'habitudes, autres habitudes. Mais le fond reste éminemment consistant. Les personnages ont de l'épaisseur, une cohérence psychologique, les situations sont amenées en détail. Bref on y est. Bien sûr S. Holmes est en quelque sorte un Superman de l'époque Victorienne, mais ô combien atypique.
   
   Et "Le Chien des Baskerville" a de plus un caractère limite fantastique qui lui donne sa très grande popularité. Combien de films récents à succès ne se sont pas servis des recettes de ce Chien là!
   
   Si une promenade sur une lande britannique désolée, la nuit, glacée par des hurlements sauvages ne vous empêche pas de dormir, petit voyage vers le passé. D'un autre siècle déja!
    ↓

critique par Tistou




* * *



Chien et lande...
Note :

   Les voyages forment la jeunesse, parait-il. Ils peuvent aussi être le prétexte pour se plonger dans des ouvrages dont on a souvent dit qu'on les lirait un jour, sans avoir jusque là franchi le pas. Ainsi, une petite virée anglaise a été l'occasion de découvrir deux ouvrages grands-bretons, dans le genre "grand classique de la littérature". Le premier d'entre eux est peut-être le titre le plus célèbre de son auteur et de son héros, Sherlock Holmes : "Le chien des Baskerville".
   
   Bon, pour tout avouer, mon voyage en Angleterre ne m'a pas mené à Londres ou dans la lande de Dartmoor, en Cornouailles. Mais nous sommes tombés, un peu par hasard, sur la tombe de Sir Conan Doyle. Il faut dire qu'elle n'est pas spécialement mise en valeur, perdue dans un petit cimetière de la région de la New Forest (magnifique endroit), entre Southampton et Bournemouth. Bref, tout cela pour dire que j'ai réussi à trouver un lien entre ma lecture et mon périple...
   
   Venons-en à ce célèbre chien des Baskerville. Bête fantastique, que personne dans la lande n'a jamais rencontré, mais qui fait faire les pires cauchemars aux descendants des Baskerville. Car c'est elle qui est, semble-t-il, à l'origine de la mort de Charles, l'héritier de la famille. Alors, pour assurer la protection de Henry, qui découvre la propriété et la région, Holmes demande à Watson de faire des recherches sur place pour essayer de coincer la bête. Mais le voisinage ne semble pas toujours coopératif et il faudra à Holmes user de beaucoup de ruses pour vaincre le funeste sort des Baskerville.
   
   L'une des forces du récit est de rendre cette bête aussi légendaire pour les personnages que pour le lecteur. Car on en entend parler, on a des descriptions sommaires, mais on ne la rencontre pas. Il faudra attendre longtemps pour comprendre vraiment les raisons de cette légende. Le lecteur se retrouve donc en position de faiblesse par rapport à l'intrigue et c'est un des points forts du récit.
   
   Il est d'ailleurs d'autant plus en position de faiblesse qu'il voit tout par les yeux de Watson. Eloigné de Holmes, ce dernier ne saisit pas toutes les manœuvres du grand détective et ce choix de narration, constant me semble-t-il dans les aventures de Sherlock Holmes, ajoute beaucoup de piment à la lecture.
   
   Enfin, autre point fort du roman, le décor de la lande de Dartmoor. Paysage littéraire souvent utilisé et très évocateur (Barbey d'Aurevilly et sa lande de Lessay, Daphné du Maurier et les paysages venteux de "L'auberge de la Jamaïque"), il est ici rendu encore plus inquiétant notamment par l'évocation des bourbiers. Je crois que je garderai longtemps en tête l'image de ces poneys hennissants, en train de se faire avaler par les bourbiers. Des passages qui font froid dans le dos et qui donnent une tonalité très intéressante à cette enquête policière.

critique par Yohan




* * *