Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dernier automne de Elizabeth Bowen

Elizabeth Bowen
  Les Petites filles
  Emmeline
  La Maison à Paris
  Les Cœurs détruits
  Dernier automne

Elizabeth Bowen est une écrivaine irlandaise née en 1899 à Dublin et décédée en 1973.

Dernier automne - Elizabeth Bowen

Fin d’une caste
Note :

   Mrs Bowen est une écrivain Anglo-Irlandaise de religion protestante. Auteur très courue pendant une longue période, son écriture a pris quelques rides. Dans une bibliographie somme toute prolifique, elle n’a écrit que quelques livres ayant l’Irlande pour cadre. Ce roman a été publié pour la première fois en 1929.
   
   Une grande demeure de l’aristocratie protestante dans les années 1920, la vie est belle, pleine de frivolité et de futilité. On papote, joue au tennis, boit et flirte.
   
   Tout va pour le mieux pour les habitants de "Danielstown", Sir Richard et Nancy Naylor il y a là quelques invités, Les Montmorency entre autres. Il y a également Loïs, nièce et adolescente. Il y a également quelques jeunes hommes de la gentry anglaise ou soldats de l’armée régulière. Il y a bien une ferme pas loin avec une famille catholique, avec plein d’enfants, un des frères a été arrêté pour appartenance à l’IRA, mais la police et l’armée britanniques vont mettre bon ordre à tout cela. On badine sur une caserne attaquée en dansant dans une autre caserne, avec la certitude que l’Empire est immortel.
   
   Des personnages très falots cette "Ascendancy protestante", descendants de colons installés en Irlande depuis des siècles, que l’on finit par se demander si E.Bowen ne force pas un peu le trait :
   -Oh! Laurence a marché sur un escargot, vous vous rendez compte!
   -Quel dommage!
   -Cela lui a plu figurez-vous

   
   Un roman un peu long et très classique de fond et de forme, mais il est loin de dépareiller dans l’œuvre de E. Bowen (bien au contraire). Dommage que les intrigues féminines soient plus mises en valeur que la période trouble vécue par les personnages. Sur cette même période et sur le même thème, j’ai nettement préféré "Le sanctuaire des fous" de Jennifer Johnston, dont j’ai déjà parlé ici même.
   
   
   Extraits :
   
   -A cet instant, elles entendirent un camion arriver. Des "Blacks & Tans", puisant courage en eux-mêmes contre le mauvais temps, criaient et chantaient à tue-tête en tirant des coups de fusil de temps en temps.
   
   -Castel Trent a été attaqué, hier soir, ils cherchaient des armes. Ils n’ont rien trouvé bien sûr. D’après les Trents, c’étaient vraiment des amateurs, rien à voir avec l’IRA.
   
   -Vous ne trouvez pas que ce serait rigolo, dit Moira avec tact pour détendre l’atmosphère, s’ils essayaient de tirer par la fenêtre pendant que nous serions en train de danser?
   
   -Voici Miss Farquar, elle a l’air fraîche comme de la peinture.
   
   -Le monde ne resta pas immobile, bien que ni la maisonnée de Danielstown, ni la tablée des Thompson n’en tinssent compte.
   

   Titre original : The last September.

critique par Eireann Yvon




* * *