Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Bonbons assortis de Michel Tremblay

Michel Tremblay
  Le cahier rouge
  C'ta ton tour Laura Cadieux
  Les belles sœurs
  Bonbons assortis
  Un ange cornu avec des ailes de tôle
  Quarante-quatre minutes Quarante-quatre secondes
  Chroniques du plateau Mont-Royal
  Le trou dans le mur
  La Traversée du continent
  La traversée de la ville
  La Traversée des sentiments
  Au hasard la chance

Michel Tremblay est un écrivain québécois, né en 1942.
Il écrit des romans et du théâtre.
Il a profondément marqué le monde littéraire canadien en utilisant le dialecte québécois (le joual), en exerçant une critique de la société sclérosée et en choisissant ses personnages principaux parmi les classes laborieuses ( des femmes, en particulier). Par delà même le monde littéraire, il a eu une réelle influence sur l'évolution des idées au Québec.
La qualité de son travail est reconnue et, depuis 30 ans, son oeuvre est couronnée de prix.

Bonbons assortis - Michel Tremblay

Douceurs à déguster
Note :

   Cet ouvrage est un ensemble de huit récits de la vie quotidienne de Michel Tremblay alors qu'il était enfant. Quelques tranches de vie au sein d'une famille modeste dans un quartier de Montréal.
   Ces souvenirs d'enfance nous mènent dans les années 45-50 alors que l'auteur devait avoir moins de huit ans.
   
   Des moments de bonheur avant tout, de chaleur, d'émotions même si certaines anecdotes pointent pudiquement la modestie du milieu dans lequel il a grandi. À l'instar de ce premier récit où il est question d'offrir un cadeau de mariage alors que la famille manque cruellement de moyens. Sous couvert de réparties espiègles et facétieuses, l'auteur souligne ainsi les humbles conditions qui accablaient sa famille. Mais quelle drôlerie toutefois dans les échanges !
   
   Aussi, Michel Tremblay sait ne pas entraîner son lecteur dans la compassion. Il lui offre ici des fragments de son enfance dans ce qu'ils ont d'insouciance et de candeur. Un amour filial authentique et sincère émane de bien des lignes. Les anecdotes autour des fêtes de fin d'année et notamment celles concernant le Père Noël sont d'une innocence et d'une douceur débordant de tendresse. Ces adultes qui mettent tout en œuvre pour cultiver le côté merveilleux et magique de l'esprit de Noël dans la tête du petit Michel insufflent beaucoup de tendres émotions.
   
   J'ai aussi été très attendrie par les rares interventions du père pourtant très effacé dans cet univers plutôt féminin partagé entre la mère, la grand-mère et la tante. Le récit, relatant un soir d'orage où c'est l'homme de la famille qui va protéger le petit garçon et le rendre invincible, est d'une rare complicité.
   
   Michel Tremblay a ainsi grandi entouré de nombreux membres de sa famille dans une promiscuité bienveillante et sincère parsemée de quelques rares sujets de fâcheries.
   
   Les dialogues sont en joual, ce dialecte québécois qui investit la narration d'un réalisme indispensable. Après « C't'à ton tour Laura Cadieux » et « les belles sœurs », c'est avec un réel plaisir que j'ai retrouvé les inflexions de ce langage si vivant.
   
   Ces « bonbons assortis » sont d'authentiques douceurs à déguster.
   ↓

critique par Véro




* * *



Un souvenir de fondant dans la bouche!
Note :

    « "Tu vois c'que t'as faite? A' s'en va pleurer dans sa chambre!"
   Ma tante Robertine lança un soupir digne des plus mauvais mélodrames français dont elle faisait une consommation abusive au cinéma Bijou, sur la rue Papineau, le samedi après-midi, et qui la laissaient épuisée d'avoir trop versé de larmes pour des histoires qui, selon ma mère, n'avaient ni queue ni tête.
   Elle croisa les pieds sous la table. "A' m'énarve assez, quand a' fait sa martyre de même, elle!" » - page 17
   
   La truculence et la faconde des personnages de Tremblay ne sont plus à prouver depuis belle lurette. À commencer par celui de sa mère adorée, cette Nana au cœur d'or mais à la rigueur de fer, cette conteuse hors pair et cette fabuliste avant l'heure. Si son influence sur l'écriture et l'imaginaire de l'enfant du Plateau Mont-Royal est indéniable, l'amour mutuel entre Michel et Nana l'est bien davantage.
   
   Il y a, dans ces huit courts récits, beaucoup plus de temps forts que de moments faibles.
   
   Dans l'ensemble, le meilleur de Tremblay se retrouve dans ces "Bonbons assortis": le dialoguiste hors pair, le portraitiste surdoué, le mémorialiste attentif, et surtout, l'écrivain qui arrive à retrouver le don, propre à l'enfance, de s'émerveiller, et ce, toujours dans la langue de chez nous...
   
   Un souvenir de fondant dans la bouche!

critique par Françoise




* * *