Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le der des ders de Didier Daeninckx

Didier Daeninckx
  En marge
  Le der des ders
  La mort n'oublie personne
  Le Poulpe : Éthique en toc
  Le facteur fatal
  Play-back
  Dès 10 ans: Il faut désobéir : La France sous Vichy
  Dès 10 ans: Un violon dans la nuit
  Passages d'enfer
  La route du Rom
  Lumière noire
  Mort au premier tour
  Cannibale
  Camarades de classe
  Itinéraire d’un salaud ordinaire
  Métropolice
  Nazis dans le métro
  Missak
  Histoire et faux-semblants
  Meurtres pour mémoire
  Galadio
  D comme: Le der des ders
  Le dernier guérillero
  Rue des degrés
  Caché dans la Maison des Fous

Didier Daeninckx est né en 1949.
Avant d’être écrivain, il fut imprimeur, animateur, journaliste local..
Son premier livre fut «Meurtres pour mémoire», dans la Série Noire Gallimard en 1984.
Son œuvre de romans populaires ou policiers (Il a plusieurs fois participé aux aventures du Poulpe) s’accompagne d’une critique sociale, historique et politique. Elle a déjà été récompensée par plusieurs prix.

Le der des ders - Didier Daeninckx

Détective privé en 1920
Note :

   1919, ancien soldat, rentré du front il y a peu, physiquement indemne, René Griffon s'est fait détective privé. Son fond de commerce : reconnaître les Gueules Cassées que leurs familles réclament, même lorsque cela n'est qu'à fin de divorce, car il est très long d'attendre que le «Disparu» soit homologué «Décédé», ce qui permet «à la vie de continuer». L'action est placée. On est dans le cynisme et l'amertume de l'après-guerre presque aussi désenchantée chez les vainqueurs que chez les vaincus.
   
   Mais pas de soldat inconnu cette fois, l'enquête est un peu différente. Un colonel fait appel à ses services pour réduire à l'impuissance un maître chanteur, et cela sera pour notre héros l'occasion de découvrir encore quelques données qui ne contribueront pas à lui faire retrouver meilleure opinion du monde, de la société, de l'Etat.
   
   Didier Daenincks nous livre là un bon polar, bien écrit et à l'intrigue bien menée, qui capte notre intérêt d'un bout à l'autre. Comme à son habitude, l'oeuvre est toute entière portée par la «conscience de classe» de son auteur et son juste désir de pourfendre les injustices sociales. «Ce secteur truffé d'usines métallurgiques, d'ateliers de laminage? En le traversant il n'était pas rare de se prendre des bouffées d'acide en plein nez quand un ouvrier, à demi asphyxié par une trop longue pause au-dessus des bacs d'électrolyse, venait reprendre souffle sur le trottoir. On en rencontrait des dizaines comme ça, entre 15 et 40 ans maxi?» Ce militantisme, cependant, ne nuit en rien au récit.
   
   Mais, à mon avis, la grande réussite de cet ouvrage, c'est d'avoir si bien su faire revivre la France de 1919-1920. Tout est parfait jusque dans les plus petits détails. Je me suis plusieurs fois demandé en le lisant, comment il avait pu mener un tel travail de documentation et savoir tout ce qu'il sait sur ce monde si proche et si lointain. Il n'est pas assez vieux pour l'avoir vécu lui-même. Ces poilus et leurs familles n'étaient même pas ses parents, mais ses grands-parents. Je ne connais pas moi-même aussi bien le monde dans lequel mes grands-parents ont vécu. C'était l'époque des "Fortifs", Levallois était encore à la campagne et tous les foyers n'avaient pas l'électricité. C'était l'époque où il y avait encore si peu de voitures dans les rues qu'il suffisait, même à Paris, de savoir la marque et la couleur du véhicule que l'on recherchait pour le retrouver rapidement. N'imaginez pas, cependant, un épisode de «La brigade du Tigre». L'action et les mentalités sont assez modernes pour que l'on ne retrouve pas du tout le côté désuet de ce feuilleton.
   
   Pour couronner le tout, la fin est tout à fait inattendue.
   
   A lire.
   
   
   PS: Tardi en a fait une belle bande dessinée. Fiche plus bas dans la liste de gauche

critique par Sibylline




* * *