Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le point de suspension de Jean Anglade

Jean Anglade
  L'écureuil des vignes
  La rose et le lilas
  La soupe à la fourchette
  Une étrange entreprise
  Des chiens vivants
  Le point de suspension

Jean Anglade est un écrivain français né en 1915 dans le Puy-de-Dôme.

Le point de suspension - Jean Anglade

Ô temps suspend ma chute!
Note :

   Roman mettant en scène et au bout d'un parachute un jeune irlandais Christy O'Behan ayant réalisé le rêve de son père : quitter l'Irlande pour les États-Unis.
   
   Mais la vie américaine n'est pas forcément ce que tous espèrent. Pour obtenir la nationalité un petit séjour par la guerre du Vietnam aide beaucoup. C'est "le passeport ou le cercueil"et ayant sauté d'un bombardier en feu au dessus du Nord, Christy s'interroge? Plus dure sera la chute, et le comité d’accueil pas forcément disposé à lui déployer le tapis rouge!
   
   Durant ces interminables secondes qui, malgré tout, passent trop vite, sa vie défile dans sa tête, son enfance à Costelloe, village perdu de l'Irlande profonde, son père pêcheur et buveur, violoniste de bar payé en liquide. Il meurt noyé avec deux de ses collègues pêcheurs. Sa mère seule (enfin?) qui doit élever sa progéniture mais qui touche de l'argent d'une assurance vie contractée à un moment de lucidité rare par le père! Et qui en profitera pour ouvrir un petit commerce.
   
   Christy continue son bonhomme de chemin, vaille que vaille. Chez le père MacCarthy, il découvre l'harmonium de l'église en jouant les morceaux maintes fois entendus interprétés par son père. Il devient coiffeur et après un long apprentissage part à l'aventure, Cork (Corcaigh en gaélique) d'abord, pour lui une grande ville! Et autre chose l'intrigue, les femmes... il achète un harmonium et fait la connaissance de Thyrza Tweedy, épouse beaucoup plus jeune d'un prêtre anglican dont il devient le coiffeur à domicile! La musique change de registre...
   
   Mais par quel destin cruel est-il au bout d'un harnachement suspendu à un parachute tombant sur Hanoï vêtu d'un uniforme américain...
   
   Christy O'Behan, voila un nom qui sonne bien et qui est d'après moi, mais je peux me tromper (et je me trompe sûrement), une référence à deux écrivains irlandais ayant un lien avec Crumlin, un des quartiers pauvres de Dublin, Christy Brown et Brendan Behan. Personnage un peu lunaire, il plane et planera jusqu’à la chute finale.
   
   J'ai déjà parlé et reparlerai du père, mais place à Peggy, sa mère, qui évidement pour compenser les lacunes de son vaurien de mari est, elle, une sainte femme pleine d’abnégation, élevant ses enfants dans la religion catholique et le respect des valeurs irlandaises. Thyrza Tweedy lui fera découvrir les choses de la chair, mais son initiation est faite dans la confusion par une professionnelle du port de Cork. Thyrza est anglaise, née à Reading et lui parle d'Oscar Wilde!
   
   Une écriture et un ton très originaux, l'écriture d'abord avec des phrases longues (ce qui n'aide pas pour les extraits), le ton ensuite ; j'ai l'impression d'avoir lu un pastiche de roman rural irlandais. Plus irlandais que ce qu'aurait écrit un natif de l'île verte! Tous les principaux clichés figurent en bonne place, surtout pour le père Paddy (rien que cela, c'est fort)! Grand buveur, ne doutant de rien, fort en gueule mais complètement immature, le stéréotype classique. Beaucoup d'humour aussi et de dérision qui rendent cette lecture agréable et très divertissante. Une bouffé d'air frais, due surtout à la vitesse de la chute de Christy!
   
   On en oublie une pratique récurrente de l'histoire américaine, aller faire défendre ses valeurs dans des guerres lointaines par de nouveaux arrivants en échange d'un permis de travail ou d'un passeport pour ceux qui en reviennent!
   
   À noter quelques expressions bien françaises revues et corrigées pour faire plus couleur locale :
   - Le père Mac Carthy en resta vraiment comme deux ronds de pouding...

   Ou aussi des traductions pour les noms de lieux ou de personnages :
   Bois-de-Lauriers pour Laurelwood, Floride, le sergent Sang de Bœuf pour Cawblood, le capitaine Chemin-Creux pour Holloway, etc.
   
   
   Extraits :
   
   - Christy passait tous ses jours au presbytère, son salaire était maigre, mais la cuisine de Miss Maureen était grasse,...
   
   - ... cette histoire d'engagement dans l'armée pour obtenir sa naturalisation, il s'en rendait compte un peu tard, c'était un piège à cons, l'hostie sainte restait collée à son palais comme un timbre poste.
   
   - Quand il examine les raisons qui l'ont poussé à cet exil, il n'en trouve aucune de réellement valable, ni cette histoire avec Thyrza, ni ces bateaux dans le port...
   
   - ... et voilà qu'une âme irlandaise lui refusait un verre d'eau, à lui, Irlandais du Connemara...
   
   - ...ses pieds s'accordaient encore, mais ses genoux avaient fait divorce, se tenaient à une distance incroyable de l'autre, quand on la voyait vieille comme elle était, donc, on se demandait quel âge pouvait donc avoir cet oncle qu'elle soignait, pour sûr qu'il était plus que pluricentenaire.
   
   -...Patrick, lui, cré bon Dieu, avait gardé les cochons dans l'île, connu la faim irlandaise, la misère irlandaise, la douleur irlandaise, Christy avait une confiance totale en lui,...
   
   - ...il partirait pour l'Amérique, son père Paddy avait toute sa vie désiré cet exil, les Irlandais sont faits pour l'exil comme les poissons pour la mer, disait-il...

critique par Eireann Yvon




* * *