Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: Lullaby de Jean-Marie Gustave Le Clézio

Jean-Marie Gustave Le Clézio
  Le rêve mexicain ou la pensée interrompue
  L'Africain
  Cœur brûle et autres romances
  Le livre des fuites
  La quarantaine
  Gens des nuages
  Sirandanes
  Ailleurs
  Etoile errante
  Ritournelle de la faim
  Raga, approche du continent invisible
  Dès 08 ans: Voyage au pays des arbres
  Diego et Frida
  Ourania
  La Ronde et autres faits divers
  Poisson d’or
  Désert
  Onitsha
  Ados: Lullaby
  Tempête

AUTEUR DU MOIS DE MARS 2006

Jean-Marie Gustave Le Clézio est né à Nice, le 13 Avril 1943, d'une famille bretonne émigrée sur L'île Maurice au XVIII siècle. Ce Docteur en lettres obtint le Prix Renaudot en 1963 avec "Le procès verbal". Il n'a jamais cessé d'écrire et a ainsi produit aujourd'hui près de 40 ouvrages et la source n'est pas tarie. En 1980, il reçut encore le prix Paul Morand pour l'ensemble de son oeuvre.

Prix Nobel de Littérature 2008

En dehors de ses romans, d'inspiration souvent autobiographique ou du moins familiale, voyageur, écrivain, passionné par les civilisations anciennes, il s'est toujours intéressé aux cultures africaines et d'Amérique latine et leur a consacré des témoignages et des essais.

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Ados: Lullaby - Jean-Marie Gustave Le Clézio

Grosse nouvelle
Note :

   Nouvelle méditerranéenne – même si pas formellement située – nouvelle de transgression, nouvelle de l’adolescence, nouvelle sur la liberté –celle qu’on prend soi-même – mais nouvelle qui ne m’a pas totalement convaincu. En tout cas pas de la manière dont d’autres écrits de Le Clézio ont pu me transporter.
   
   Lullaby, adolescente, fréquente le lycée. A vrai dire fréquentait, puisque lorsque nous entamons la lecture, Lullaby décide de ne pas, de ne plus aller en cours. On sait peu de choses sur Lullaby : papa absent, au loin, on croit deviner ses parents séparés mais..., maman alitée, calfeutrée dans sa chambre. Lullaby n’a donc guère de mal à jouer la comédie et à s’évader vers la plage.
   
   "Lullaby s'assit sur la véranda, le dos appuyé contre une colonne, et elle regarda la mer devant elle. C'était bien, comme cela, avec seulement le bruit de l'eau et le vent qui soufflait entre les colonnes blanches. Entre les fûts bien droits, le ciel et la mer semblaient sans limites. On n'était plus sur Terre, ici, on n'avait plus de racines."
   

   Lullaby ne va donc plus en cours. Elle court à la plage, retrouve une maison abandonnée, à l’écart, fait diverses rencontres, écrit à son père... Et puis elle est rattrapée par la réalité, se retrouve à l’entrée du lycée, se retrouve confrontée à la femme proviseur. Qui ne croit absolument pas à la version de Lullaby qui prétend n’avoir passé la journée qu’à regarder la mer quand le proviseur veut absolument savoir qui est le petit ami...
   
   Alors, oui, c’est écrit par JMG Le Clézio. On y retrouve cette plume très évocatrice des plaisirs simples, des beautés de la nature, et dans le cas de Le Clézio le plus souvent la nature du bassin méditerranéen, mais j’ai eu l’impression que dans cette "Lullaby" JMG n’avait pas grand-chose à dire? Je n’exclus pas, cela dit, que ce soit moi qui n’ait pas compris!

critique par Tistou




* * *