Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le ciel tout autour de Amanda Eyre Ward

Amanda Eyre Ward
  Le ciel tout autour
  A perte de vue
  Les amours de Lola

Le ciel tout autour - Amanda Eyre Ward

Dans le couloir de la mort
Note :

    Karen, 29 ans, prostituée et séropositive, attend son exécution dans le couloir de la mort de la prison de Gatestown, Texas. Célia, veuve de l'un des hommes que Karen a abattus, survit difficilement dans la solitude, vide de l'avenir disparu avec son mari. Franny, fiancée et désemparée, quitte New-York où elle finit son internat, et revient dans sa ville natale, au Texas, à la mort de son oncle. Le destin de ces femmes va se mêler...
   
   Voilà un auteur, chers happy few, dont je n'avais jamais entendu parler avant de rencontrer une fan absolue qui m'a mis ce roman entre les mains (consentantes, hein, je ne dis pas qu'elle m'a forcée)! Et c'est vraiment une belle découverte! C'est un roman narrativement très maîtrisé : chaque chapitre suit un des trois personnages féminins mais cela ne sent jamais l'artifice, bien au contraire. On rentre ainsi petit à petit dans les histoires de ces femmes, celle de Karen, vendue par sa mère à l'âge de 12 ans, prostituée, maltraitée, humiliée, violée, battue à de nombreuses reprises, séropositive en phase terminale, qui attend la mort comme une délivrance, étant la plus terrible. On ne peut qu'être bouleversé par le parcours de cette femme, qui n'a finalement tué qu'en état de légitime défense, confrontée qu'elle était à la violence et à la perversion masculine.
   
   Sur sa route de tueuse au bout du rouleau, elle croisera deux hommes innocents qu'elle abattra aussi, dont Henry, le mari de Célia. Cette dernière, cinq ans après la mort de son époux, n'a rien à quoi se raccrocher, ni famille (ils n'avaient pas d'enfant, sa mère habite loin), ni amis, un métier médiocre et beaucoup de temps libre pour remâcher sa douleur. Elle n'arrive pas à pardonner à Karen, même si elle sent bien que cela la retient sur la route du deuil. Quant à Franny, c'est une jeune femme déboussolée, qui ne se sent à sa place nulle part et qui est ravagée par la mort d'une de ses petites patientes. Son retour au Texas, sa reprise du poste de son oncle comme médecin pénitentiaire et sa rencontre avec Rick Underwood, l'avocat idéaliste de Karen, va redonner du sens à sa vie.
   
    Ces portraits et ces histoires se mêlent habilement, servis par un style très agréable et efficace, qui fait naître en deux phrases la moiteur de l'été texan, les odeurs de la prison ou l'immense solitude des condamnées à mort.
   
   Un très beau plaidoyer contre la peine de mort, chers happy few, assortis de trois émouvants portraits de femmes : à lire!
   ↓

critique par Fashion Victim




* * *



Un premier roman de grande qualité!
Note :

   Cela fait cinq ans que Karen, âgée de 29 ans et atteinte du sida, partage sa cellule avec d'autres condamnées à mort. Elles occupent un couloir du quartier de Maintain View, partageant la télévision et passant leurs journées enfermées en discutant de la meilleure façon d'être exécutée : injection létale, peloton d'exécution ou électrocution.
   
   Karen a brisé la vie de Célia, qui est bibliothécaire, en tuant son mari et c'est d'ailleurs pour ce crime et d'autres qu'elle a été condamnée à mort. Celia consulte Maureen, une psychologue, car elle n'arrive pas à se libérer de la terrible colère qu'elle garde enfouie en elle depuis ce drame.
   
   Quant à Franny, c'est la nièce du médecin de la prison. Elle n'a pas vu son oncle depuis bien longtemps. Cet homme l'a élevée après la mort de ses parents lorsqu'elle était âgée de six ans. Elle est devenue médecin elle aussi et se sent responsable de la mort d'Anna, une jeune patiente décédée d'un cancer.
   
   Karen doit être exécutée le 25 août, soit dans 62 jours.
   
   Ce livre est une pure merveille ! C'est un premier roman et pourtant il n'y a pas un seul faux pas. Le destin de ces trois femmes va se rejoindre bien évidemment. C'est un récit sur la condition des femmes dans l'univers carcéral, et pourtant il y a énormément d'humanité et beaucoup de passages très touchants. La fin est magnifique, les personnages tous plus nobles les uns que les autres -à quelques très rares exceptions près ! Vraiment, il faut lire ce roman.
   
   Une très très belle découverte.
   
   "Je sais que la mort de Karen Lowens ne ramènera pas Henry à la vie. Je sais aussi que Karen est une paumée, une malade, qui a tout à fait le droit de passer le reste de son existence à essayer de se racheter. Je sais que Dieu seul peut reprendre une vie, que la peine de mort n'est pas une solution. Au fond de moi; je sais tout cela. Et je sais aussi que Henry n'aurait pas souhaité qu'elle soit exécutée. Je le sais et pourtant je m'en moque. Cette fille m'a tout pris, je la hais et je veux qu'elle crève."

critique par Clochette




* * *