Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Terre sans maître de Yann Apperry

Yann Apperry
  Terre sans maître

Terre sans maître - Yann Apperry

Trop opaque
Note :

    Rentrée littéraire
   
   Trop opaque pour moi en tout cas, ce récit que je ne suis pas parvenue à comprendre. Désolée. Je ne m’en vante pas. Je ne fais même pas partie des gens qui ont la consolation d’être fiers de ce qu’ils ne comprennent pas. Non. Moi, quand je ne comprends pas, je me sens bête. Faut dire que je ne suis pas professionnelle.
   
   Ce roman, je l’ai suivi page à page en attendant avec impatience le moment où au moins un indice permettrait le déclic qui me dirait de quoi il était effectivement question ici. Tout comme le héros j’ai avancé, avancé, avancé, sur une route incommode et inquiétante; lui au fil des chemins, moi à celui des pages. Il ne comprenait pas où il était, où il allait, ce qui se passait… moi non plus. Il voulait juste atteindre la limite, le mur. Moi aussi. Il croyait qu’au bout de son périple était la clarté. Moi aussi. Il se trompait et donc, moi, par la même occasion… Cela tenait du cauchemar. Il aurait voulu y voir clair, mais ses affects le submergeaient et il ne pouvait compter sur le soutien de sa raison …moi aussi. Et non plus.
   
   En fait, du point de vue de l’empathie, ce livre aurait donc bien des qualités puisque je me suis sentie aussi perdue que le personnage principal et que comme lui j’ai souffert du besoin pressant d’une lueur de compréhension qui n’est jamais venue. J’étais aussi mal à l’aise et perdue que lui. Alors, pour l’empathie, oui, 10 sur 10. Un art du récit qui permet indubitablement de transmettre des sensations. Mais pour un art du roman, à mon avis, non. Les quelques lueurs de la fin n’éclairent pas suffisamment pour que j’aie pu jeter un regard rétrospectif positif sur l’ensemble du périple comme cela se serait passé si j’avais pu, disons, lui donner sens. Cela m’a au contraire semblé tourner à vide. Ce n’est pas assez de sous entendre qu’il y a une signification à ce que l’on donne à lire, que ce n’est pas un simple délire insensé, il faut rendre ce sens accessible au lecteur de bonne volonté. Sinon, ce lecteur ne peut s’empêcher de se demander s’il y en avait bien une ou si on l’a mené en bateau…

critique par Sibylline




* * *