Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Elisabeth Costello : Eight Lessons de John Maxwell Coetzee

John Maxwell Coetzee
  Elisabeth Costello : Eight Lessons
  Michael K. , sa vie, son temps
  Disgrâce
  L'été de la vie
  En attendant les barbares
  L’âge de fer

John Maxwell Coetzee est un écrivain sud-africain de langue anglaise naturalisé australien. Il est né en 1940 au Cap. Il a reçu le Prix Nobel de Littérature en 2003.

Elisabeth Costello : Eight Lessons - John Maxwell Coetzee

Huit leçons.
Note :

   Présentation de l'éditeur
   
   "A travers une succession ingénieuse de huit discours ou "leçons" qu'elle est amenée à prononcer en public, Elizabeth Costello, romancière australienne vieillissante, nous dévoile peu à peu sa vie et ses pensées intimes. Nous la suivons dans ses déplacements aléatoires au gré des invitations : remise de prix en Pennsylvanie, conférence sur un bateau de croisière pour riches retraités, intervention sur les droits des animaux au Massachusetts, visite en Afrique du Sud pour la remise d'une distinction universitaire à sa soeur missionnaire, participation à un colloque sur le mal à Amsterdam ; tentative burlesque pour franchir la porte bien gardée du paradis vers un au-delà incertain [en expliquant que l'écrivain n'a pas de convictions mais défend celles de ses personnages.] La célébrité et l'adulation qui lui valent ces invitations à s'exprimer devant un auditoire reposent sur un roman publié voici 30 ans, centré sur Molly Bloom, la femme du héros d'Ulysse de Joyce. Mais de conférence en colloque, malgré son discours rôdé, Elizabeth Costello est lasse de ces prestations devenues routinières. Elle n'est plus qu'une romancière à bout de souffle, une Schéhérazade qui n'a plus d'histoire à conter, plus de vie à sauver. Son inappétence pour la vie et les relations humaines est à la mesure de ses interrogations sur des problèmes d'ordre éthique, métaphysique qui lui importent plus que l'avenir du roman.
   La cohérence du texte dont le fil conducteur est le personnage éponyme, Elizabeth Costello, tient à l'angoisse de la mort, de la mortalité et de l'immortalité qui taraude cette femme écrivain en fin de vie."

   
   
   
   "Eight lessons", c'est le titre original. C'est traduit rassurez-vous! Sur la couverture apparaît simplement Elisabeth Costello. A l'intérieur, en sous-titre; Huit leçons.
   
   Coetzee, écrivain Sud-africain blanc, prix Nobel de littérature. Ca, c'est pour situer le contexte. Il endosse la personnalité d'Elisabeth Costello, écrivain australienne, qui a connu son heure de gloire très tôt, qui est définitivement cataloguée à l'aune de cette heure de gloire, et qui continue à intervenir publiquement; conférences, discours. C'est par le biais de ces interventions que Coetzee fait vivre son Elisabeth, un tant soit peu excentrique, et nantie d'une bonne dose de self-confiance comme quelqu'un qui a déjà connu le succès. Et puis, et puis c'est la fin de sa vie, l'heure des regards en arrière, des remises en question, jamais facile tout ça!
   Coetzee nous campe un fier personnage en la matière d'Elisabeth Costello. Il doit bien y avoir une bonne dose de ses doutes à lui, de son comportement vis à vis de la chose d'écrire.
   
   L'écriture est très accessible, mêlant déboires de la vie d'une romancière vieillissante à des considérations plus philosophiques.

critique par Tistou




* * *