Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Jour de courage de Brigitte Giraud

Brigitte Giraud
  À présent
  J'apprends
  Une année étrangère
  Pas d'inquiétude
  La chambre des parents
  Nous serons des héros
  Un loup pour l’homme
  Jour de courage

Brigitte Giraud est une écrivaine française née en Algérie en 1960.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Jour de courage - Brigitte Giraud

Coming out
Note :

   Rentrée littéraire 2019
   
    Pour son exposé d'Histoire sur la Seconde Guerre mondiale, Livio, 17 ans, a choisi de parler des autodafés nazis et de Magnus Hirschfeld. Ce médecin allemand inconnu pour beaucoup a œuvré dans la lutte contre la discrimination envers les homosexuels. Il avait créé une institution dont la bibliothèque fut brûlée en 1933 par les nazis. Devant sa classe et son professeur, il revient sur la vie de cet homme et de ce qu'il a subi.
   
    Petit à petit, il se dévoile aux yeux de tous. Et il faut du courage à cet adolescent pour énoncer sa vérité. Une qui ne pourtant ne devrait pas faire réagir ou choquer. Mais certains de ses camarades de classe se moquent de lui. Sa meilleure amie Camille, secrètement amoureuse de lui, a du mal à admettre ce qu'elle comprend à travers son exposé.
   
    Brigitte Giraud arrive à retranscrire très exactement l'ambiance de ce cours. On ressent la tension, l'étonnement, la moquerie, on visualise Livio, la rougeur qui lui monte aux joues, le trouble de Camille, la méchanceté bête et l'ignorance. On aimerait que quelque chose de positif se passe pour rompre la tension et cette condamnation d'être différent.
   
    Mais le malaise s'accentue car dans sa famille, Livio sait qu'il ne sera jamais accepté. L'onde de choc se propage et nous gagne. Un roman empli de justesse, à mettre entre toute les mains.
   
   "Il y avait eu cette matinée, pendant laquelle Livio avait longuement pris la parole. Il avait bravé le regard de tous, debout pendant une heure sur l'estrade, et n'avait pas dévié de son cap quand il avait raconté l'existence et le combat de Magnus Hirschfeld dont personne dans la classe n'avait entendu parler. Mais cela lui importait peu, il avait été brillant et incroyablement gonflé, comme s'il n'avait plus rien à perdre."

   ↓

critique par Clara et les mots




* * *



Triangle rose
Note :

   Je croyais qu’il s’agissait d’un adolescent homosexuel en Allemagne nazie.
   
   Et ses problèmes… pas du tout ! C’est Livio, un adolescent, de nos jours, qui se sent homo et ne peux en parler à personne car il vit dans un environnement fruste, où nul n’a la moindre compréhension ni même tolérance pour cette orientation sexuelle. Même sa petite amie Camille lui en veut, car elle est amoureuse de lui, et il ne peut être qu’un ami pour elle.
   
   Dans sa classe de Terminale, un matin, il fait un exposé en histoire, sur l’autodafé et prend pour exemple un certain Hirschfeld, Médecin homosexuel ayant ouvert un centre "de sexologie" à Berlin, qui fut détruit par les nazis en 1933, avec toute sa bibliothèque.
   
   Je ne connaissais pas ce Hirschfeld : ce n’est ni un scientifique de haut niveau, ni un philosophe, ni un psychanalyste. Je ne pense pas que ses livres (il a pas mal écrit) soient d’un grand intérêt. Ni sa théorie du "troisième sexe".
   
    L’exemple est pourtant bien choisi puisqu’il y a eu réellement autodafé, et qu’il témoigne de la persécution des Juifs et des homosexuels en Allemagne nazie. Après une période relativement tolérante à Berlin, le troisième Reich sème l'épouvante parmi les marginaux.
   
    Le récit est bien conduit dans la mesure où il met correctement en scène une classe de terminale dans un lycée public d’une cité défavorisée, et les réactions très vraisemblables face à l’exposé d’un camarade décidé à faire son coming-out par le biais d’un exposé où il sera question de répression policière : Livio se sent menacé comme sous le régime nazi et dans le milieu où il se trouve, il pense que personne ne lui viendra en aide… c’est terrible !
   
   On sait depuis le départ qu'après ces événements, il a disparu. On interprète cette disparition comme on le sent...

critique par Jehanne




* * *