Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les chiens de Belfast de Sam Millar

Sam Millar
  Poussière tu seras
  Redemption Factory
  On the Brinks
  Les chiens de Belfast
  Le cannibale de Crumlin Road

Sam Millar est un écrivain irlandais né en 1958 à Belfast.

Les chiens de Belfast - Sam Millar

La vengeance est un plat qui se mange saignant !
Note :

   Premier tome de la saga de Karl Kane, privé de Belfast. Le succès bien mérité de Sam en France a incité les éditions du Seuil à confier à Patrick Raynal ses traductions. Cela ne fait pas de mal de faire un peu de publicité pour les amis!
   
   Ce livre commence par un épisode particulièrement sordide, une femme violée par un groupe d'hommes avinés ; laissée pour morte, elle est dévorée par des chiens redevenus sauvages...
   
   Puis nous rencontrons Karl Kane aux prises avec ses hémorroïdes et un client potentiel du nom de Munday...
   
   Ensuite nous suivons un jeune garçon et ses terreurs intérieures...
   
   Dans un bar, un dénommé Joseph Kerr lève une superbe blonde, le rêve de tout homme normalement constitué, il ne sait pas encore que ce sera sa dernière conquête...
   
   Un autre mort, Wesley Milligan, retrouvé au Jardin Botanique, mais pas de mort bio...
   
   On croise aussi Andy, cambrioleur virtuose, mais un peu voyeur, et donc qui traîne un peu sur les lieux de son crime. Mais après la volupté, il rencontre l'horreur, sa fuite est stoppée net à son grand soulagement par un membre de la police...
   
   D'autres morts encore, mais un point commun apparaît, ils ont tous travaillé à la prison de Woodbank... Bref c'est l'hécatombe dans Belfast, aucune pitié, même un handicapé est abattu... et celui-là Karl le connaissait, ce n'était pas non plus un ange.
   
   Il y a obligatoirement un autre point commun à tous ces meurtres, la prison semble-t-il, mais pour quels motifs?
   
   Il faut attendre les dernières pages pour comprendre ce vaste puzzle de la barbarie de certaines personnes qui usent et abusent de leurs positions.
   
   À noter, comme chez beaucoup d'écrivains de romans noirs irlandais, de nombreuses références littéraires, William B.Yeats, Olivier Goldsmith, Samuel Beckett, Sean O'Casey etc.
   
   Karl Kane, un peu cabossé par la vie ; il a divorcé après avoir trouvé son épouse dans son lit et pas seule! Sa fille habite en Écosse et lui téléphone parfois... et souvent pour des questions bassement pécuniaires. Enfin il n'est pas trop à plaindre, ses relations avec Naomi, sa secrétaire, dépassent le simple cadre professionnel pour leur plus grand bonheur d'ailleurs. Ses rapports avec la police locale sont pour le moins tendus, mais parfois certains arrangements sont possibles.
   
   Des policiers bien sûr, Wilson, ex beau-frère de Karl, et toute sa fine équipe, Cairns, Philips, Mc Kenzie, des flic de base, moyens voire très moyens ; et au milieu de ce troupeau, une femme la jeune, Jenny Lewis.
   
   L'écriture est pour le moins originale et aussi déroutante, car la chronologie n'est pas toujours respectée. Le prologue se passe en 1978, le premier chapitre se passe un huit janvier, le deuxième intitulé "Nuit de cauchemar", en hiver 1966, puis le troisième, un neuf janvier, le récit se terminant un douze mars!
   
   Un livre parlant d'une période noire de l'histoire de l'Irlande où la corruption régnait dans le monde politique et la police. Il n'est pas dit que cette période soit d'ailleurs terminée! Un livre très différent des autres ouvrages de Sam Millar qui débute donc la série des aventures de Karl Kane.
   
   Une note d'humour, un des personnages a un chien qui répond au nom de...Paisley! J'adore!
   Va-t-il pisser sur un réverbère nommé Madame Thatcher?
   
   
   Extraits :
   
   - " Lui et quelques-uns de ses potes maquaient des détenues, les camées, et les louaient aux huiles de l'establishment pour des soirées privées."
   
   - Il était maton-chef, comme vous le savez sans doute. Ce n'est pas une profession où vous vous faites des amis. Rien que des ennemis.
   
   - Enfin il pleura pour s'endormir. Ce fut la dernière fois qu'il pleura pour quelqu'un...
   
   - Le tueur recula pour se rendre compte du résultat, avant de tirer deux autres bastos qui frappèrent Christ en pleine figure.
   
   - Les flics doivent être sacrément dans le besoin si je suis leur seule option. Pas plus tard qu'hier, il m'a semblé entendre que je n'étais même pas assez bon pour être flic.
   
   - On ne peut pas tous être des bourreaux, Wilson. Je ne suis pas juge, simplement un enquêteur privé qui tente de gagner sa vie et de se faire une place dans ce monde.
   
   - Soudain, tout se cassa la gueule.
   
   

   Titre original : Bloodstorm (2008).

critique par Eireann Yvon




* * *