Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Voyages de William Bartram

William Bartram
  Voyages

Voyages - William Bartram

Dans le sud de l'Amérique du Nord
Note :

   Une partie de ma famille est allée vivre en Caroline du Sud, cela rend immédiatement curieux d’un territoire.
   Coïncidence : Je croise dans un livre récent le nom d’un naturaliste qui a arpenté ces terres-là et double coïncidence une nouvelle collection chez Corti nous offre la traduction des voyages de ce naturaliste!!!
   Ma curiosité bien réveillée j’ouvre le livre de William Bartram.
    
   Plus jeune qu’Audubon, William Bartram vit en Amérique avant que ce soient les Etats-Unis. 
   Fils de quaker, son père botaniste du roi l’initie à la botanique, à l’entomologie, à la zoologie alors qu’il est encore en culottes courtes.
   Mais le père n’a pas le talent du fils pour conter ses voyages et il va falloir attendre 1791 pour que William publie ses pérégrinations en Caroline, Géorgie, en Alabama, Mississipi, Louisiane jusqu’en Floride.
   
   Il a fait un périple qui l’a emmené des Appalaches à la Floride juste avant la Guerre d'indépendance et son livre devint très vite non seulement un classique américain mais inspira aussi les Européens, en particulier le Vicomte de Chateaubriand qui l’a beaucoup lu (Les Natchez lui doivent beaucoup) et a fortement influencé les romantiques anglais comme Wordworth et Coleridge.
    
   Il s’embarque en 1773 pour un voyage qui va duré 4 ans pendant lesquels il va observer, décrire, dessiner des plantes. 
     "L’élégant palmier de Floride, le superbe Magnolia, empreint de magnificence et de dignité"  

   Le Turdus migratorius (oiseau) qui  "se lance d’une tourelle avec la célérité d’une flèche, comme s’il tentait de rattraper son âme qu’il aurait rendu à la dernière note d’un chant aigu"
    
   Véritable scientifique qui a lu Linné, il va répertorier et nommer tout ce qu’il voit. La liste en fin de volume est impressionnante.
   C’est le défenseur des beautés de la nature, "Infinie variété de scènes animées, indiciblement belle et agréable", il rapporta de ses voyages de multiples spécimens tous exceptionnels
   
   Au passage il donnera son nom à quantité de plantes et en particulier au Franklinia Alatamaha une plante magnifique qui ne survécut que grâce à la collecte des graines que fit le naturaliste.
     
   Il est l’ancêtre des protecteurs de la nature mais bien avant cela, de la protection et du respect des indiens Creek, Choctaws, Cherokees ou Séminoles car en fervent Quaker il est respectueux de toutes les créatures rappelant par là Montaigne 
   "Ayant beaucoup dans mes voyages fréquenté les Indiens de l’Amérique, j’ai pu juger pour moi-même s’ils méritaient les critiques sévères que leur adressent les blancs."
    

   Il a le savoir-écrire des hommes instruits de son temps et c’est un plaisir que de lire ses pages. Il nous gratifie parfois d’envolées lyriques qui ont du plaire à Chateaubriand, mais qui ont la haute tenue scientifique des écrits d’un Buffon.
   
   Le naturaliste a exploré le Sud avant la guerre d’indépendance et ainsi laissé son voyage en héritage à la toute jeune nation américaine. Aujourd’hui encore on peut suivre ses traces sur le Bartram Trail*. 
   
    
   * Sentier de randonnée

critique par Dominique




* * *