Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La famille Middlestein de Jami Attenberg

Jami Attenberg
  La famille Middlestein

La famille Middlestein - Jami Attenberg

Edie, 5 ans, 28 kilos
Note :

   Rentrée littéraire 2014
   
   
   Dans la famille Middlestein, la mère est en surpoids, pour ne pas dire obèse. La situation devient à vrai dire de plus en plus critique et il est temps qu'elle se prenne sérieusement en charge, si elle ne veut pas que de sérieux problèmes de santé la rattrapent. C'est peu dire qu'elle n'est pas aidée par son mari Richard, 60 ans, qui la quitte pour une jeunette suite à un speed dating! Leur fille, célibataire endurcie, lui en veut terriblement. Quant à leur fils, il préfère se changer les idées en fumant des joints. Heureusement, dans la famille Middlestein il y a la belle fille, qui s'est mis en tête de sauver sa belle mère, et ne lésine pas sur les solutions comme les régimes ou le sport!
   
   J'ai beaucoup aimé ce roman, qui traite de façon humoristique des problèmes de surpoids. Nous suivons en particulier l'évolution de la vie (et du poids!) de l'héroïne Edie. Avec à chaque tête de chapitre une référence à son poids "Edie, 5 ans, 28 kilos" qui mange, que dis je dévore, depuis sa plus tendre enfance tout ce qui lui passe sous la main. Car l'auteure revient sur les raisons et les habitudes qui ont poussé cette femme à avoir un comportement alimentaire addictif, et les nombreux problèmes engendrés par cet excès de poids.
   
   Voici un roman jubilatoire, qui a du rythme, et qui se lit d'une traite. C'est une chronique familiale drôle et tendre, doublée du portrait d'une famille juive de la classe moyenne. Avec en toile de fond un thème très actuel, puisqu'il s'agit d'une des grandes plaies de notre siècle, à savoir les problèmes d'obésité.
   
   Troisième roman de l'écrivaine, mais premier publié en France, sa première de couverture est à l'image du livre : comique et attendrissante.

critique par Éléonore W.




* * *