Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La ville absente de Ricardo Piglia

Ricardo Piglia
  Respiration artificielle
  Argent brûlé
  Cible nocturne
  La ville absente
  Le dernier lecteur
  Pour Ida Brown

Ricardo Emilio Piglia Renzi est un écrivain argentin né en 1941 et mort en 2017.

La ville absente - Ricardo Piglia

Difficile...
Note :

   Présentation de l’éditeur:
   
   "Le gaucho invisible, la petite fille rousse, la jeune fille muette… Mais aussi Mac Kensey, qui a reconstruit son cottage en Patagonie et vit suspendu aux ondes de la BBC, un professeur hongrois spécialiste du Martín Fierro incapable d’apprendre l’espagnol, la danseuse du Majestic folle d’un gangster coréen. Autant d’histoires auxquelles se mêlent des personnages historiques tels Macedonio Fernández ou Evita Perón, qui naissent, se modifient à l’infini et s’enchevêtrent autour d’Elena, être étrange, mi-femme, mi machine. Dans ce roman aux multiples récits, chacun tente d’échapper à ses obsessions, celles qui traversent toute l’œuvre de Ricardo Piglia – au cœur du langage et du temps."
   

   
   Mon avis :
   

   Je vais vous résumer l’histoire de manière très simple : le journaliste Junior Mac Kensey part à la recherche de l’inventeur, Macedonio Fernández, et du concepteur d’une machine qui trouble (déconcerte? déstabilise?) les temps modernes (le pouvoir? la ville?). C’est une machine qui invente des histoires à partir d’histoires déjà écrites. Le récit de cette recherche est entrecoupée des histoires inventées par la machine, notamment à partir d’une nouvelle de Poe "William Wilson".
   
   Je trouve que tout cela fait une base très intéressante. Il y a une vraie réflexion sur le langage, la littérature, le rapport de la littérature au pouvoir. C’est un livre d’une extrême complexité. Bernard Quiriny a dit dans Le Magazine littéraire que "La ville absente fait partie de ces livres qu’il faut lire plusieurs fois pour en percer les mystères". C’est un euphémisme.
   
   Je n’avais rien compris au livre jusqu’à la page 54. À cette page, apparaissent les noms de Cambaceres (de la même famille qu’un juriste du temps de Napoléon) et de Erdosain. Devant mes yeux, il y avait  le "Dictionnaire des littératures hispaniques" (paru chez Bouquins, très bon livre en passant). Je l’ouvre et là j’apprends que Eugenio Cambaceres est un célèbre écrivain argentin (jamais traduit en France au passage si j’ai bien vu). Ensuite, je cherche Erdosain, mais là pas d’entrée sur ce nom. Au passage, je cherche Macedonio Fernández qui a ce moment du roman n’était que cité sous le nom de Macedonio. Je découvre alors que lui aussi est un grand écrivain argentin (lui traduit en français par contre) et qu’il a entre autre écrit "Musée du roman de l’éternelle". Je vais donc à l’entrée qui résume ce roman (car dans "La ville absente", on parle de musée, je me dis qu’il doit y avoir un rapport). Et là je me rends compte qu’en fait "La ville absente" est un hommage au roman de Fernández.
   
   Je cherche ensuite sur internet le nom de Erdosain. Je trouve sur le site des éditions Zulma une explication de 44 pages de toutes les références du roman par son traducteur, François-Michel Durazzo. Elle vous sera sûrement plus utile pour voir quelle est la nature de ce roman que mon billet car elle est particulièrement bien rédigée. On y apprend notamment que Erdosain est un personnage récurrent des romans de Roberto Arlt (dont "Les sept fous" est un chef d’œuvre, plus disponible en France même pas dans les bibliothèques autour de chez moi). Après avoir lu ces explications, vous commencez à goûter un peu plus au roman et à vous ranger derrière la phrase de Bernard Quiriny. La première lecture vous permet juste de comprendre l’histoire (et encore après l’explication du traducteur) mais vous serez juste incapable de comprendre toutes les références à la littérature argentine et à la littérature européenne et américaine (on y parle même d’une nouvelle d’Henry James "Le dernier des Valerii").
   
   En conclusion, on peut saluer les éditions Zulma de publier un tel livre, brillant et érudit s'il en est, mais qui risque d’avoir quelques difficultés à trouver un large public surtout quand on voit que la plupart des références argentines ne sont pas accessibles facilement en France. J’entendais l’autre jour à la télé une personne qui se plaignait que la mise à disposition pour le public français de classiques étrangers (autres que britanniques et américains) étaient plutôt mauvaises. C’est dommage tout de même car cela risque de rendre difficile une deuxième lecture.

critique par Céba




* * *