Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

White Trash de John King

John King
  Football Factory
  White Trash

John King est un écrivain anglais né en 1960.

White Trash - John King

British hospital
Note :

   Auteur anglais que j’apprécie particulièrement, un des rares à vrai dire! Écrivain de football et de ses problèmes, il change ici de registre. On retrouve certaines de ses préoccupations et de ses personnages de la classe ouvrière britannique.
   
   Une Angleterre qui parait lointaine dans l'avenir mais proche dans les faits, l'Etat se désengage des services sociaux de la santé. On retrouve dans cet ouvrage (et dans quelques scènes bien précises) un parfum du roman et du film "Orange mécanique".
   
   Quelques phrases du livre donneront le ton bien mieux que moi :
   - L'Occident s'est rangé et a fait de grands progrès. Le Royaume-Uni n'a jamais été mieux rationalisé et n'a jamais moins gaspillé. Hors de question de laisser se reproduire les soulèvements de jadis.
   - Chose étrange, ces voyous représentent une progression naturelle au mouvement syndical, bien qu'ils vivent une époque d'apathie politique. La racaille, oui, mais de la racaille dangereuse et très bien organisée.

   
   Le bien ou le mal? Le bien est-il si bien qu'il en a l'air? Le mal si profond que l'on pense? Et si tout cela ne dépendait en réalité que d'appréciations toutes personnelles?
   
   Les progrès de la science ne sont-ils en réalité qu'un trompe l’œil qui comme le pense Jeffreys, ont pris le pas sur la seule loi qui régissait le monde à sa création, celle du plus fort!
   
   Sorti de cela, tout n'est-il pas littérature? N'ai-je pas grâce à ma position sociale tous les droits... en particulier celui de vie ou de mort?
   
   Plusieurs personnages, mais deux principaux que beaucoup de choses oppose!
   
   La personnalité de Jonathan Jeffreys est l'une des plus complexes et ambiguës que je connaisse dans la littérature. Il est tout et s'imagine être l'inverse! Il pense être à l'écoute des autres, il n'est que condescendant! Ce qu'il espère être de l'empathie n'est qu'une manière déguisée d'humiliation, il se veut juste... il ne défend en réalité que les prérogatives de sa caste. Par certains de ses comportements il est plus malade que les patients qui fréquentent l'hôpital qu'il dirige!
   Un homme que l'on voit changer au fil des pages... au début homme de convictions, mais assez attachant, qui devient carrément détestable lorsqu'il dévoile certains aspects de ses penchants.
   
   Ruby est jeune et belle, elle aime la vie avec tout ce que cela comporte de peines, de joies et de plaisirs en tous genres! L'infirmière Ruby James est professionnellement parlant compétente. Un peu trop sentimentale, d'après Jeffreys, qui se réfère au chagrin causé par la mort, somme toute naturelle, de Ron Dawes. Celui-ci lui avait raconté sa vie d'ancien de la marine, bourlingueur ayant maintes fois frôle la mort. Ensuite devenu ouvrier, militant, syndicaliste, puis retraité! Un homme de l'ancien temps.
   
   Pleins d'autres ombres passent et trépassent au fil des pages...
   
   Un excellent roman que je qualifierai de plus ambitieux que ses précédents. En effet il est ici question de deux couches de la population antagoniste : les riches et dominants réclamant des sacrifices aux autres, et en dessous les travailleurs en milieu hospitalier qui sont soumis sans arrêt à des restrictions budgétaires et une détérioration de leurs conditions de travail.
   
   Un très grand livre avec une fin haletante!
   
   Une découverte!
   
   Extraits :
   
   - Tout ce qu'il voyait se confondait. Le vol et la consommation de drogue dans le chelem se mélangeait à la violence dans les rues, la prostitution et morale douteuse. Les valeurs de la famille faisaient défaut. Cercle vicieux. Éducation c'est la clé, bien entendu. La route sera longue pour revenir à la civilisation et c'est un autre débat.
   
   - Par exemple, il est plein d'empathie pour les victimes du sida. Trop de gens décrient les malades du sida. Bien entendu si les gens étaient capables de contrôler leur comportement sexuel et l'usage qu'ils font des seringues alors le problème disparaîtrait.
   
   - Les Irlandais sont là depuis plus longtemps et leur ADN s'est infiltré petit à petit dans le patrimoine génétique. Beaucoup sont aujourd'hui impossibles à reconnaître.
   
   -... Créer des antibiotiques comme la pénicilline ou pourrir les patates comme enclencher la Grande Famine en Irlande... les champignons eux sont là pour se propager... se reproduire...
   
   - Il était tout à fait conscient du fait que deux mondes distincts se croisent : celui de la fille, le monde physique - porté sur les passions, et le sien, intellectuel, dans l'empathie subtile.
   
   - On fait comme les Beatles : un Magical Mystery Tour! Visite surprise. Verra bien.
   
   - ... on était en plein boum... des gens de tous les horizons s'installaient... le "Meilleur des mondes" modelé en Angleterre...
   
   - En réalité cela ne change rien. C'est de la vermine. White Trash. Les nègres blancs qui infestent chaque nation civilisée. Il les méprise tous.

   
   Titre original : White Trash (2002).

critique par Eireann Yvon




* * *