Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les petites filles et la mort de Alexandre Papadiamantis

Alexandre Papadiamantis
  Les petites filles et la mort

Les petites filles et la mort - Alexandre Papadiamantis

Tragédies grecques
Note :

   Au club lecture de la médiathèque j’ai la chance d’avoir fait connaissance avec une lectrice férue de littérature grecque, traductrice en plus. C’est elle qui m’a soufflé le titre de ce roman.
   
   Ce n’est pas du tout un livre récent, écrit en 1903 il n’a pas pris une ride.
   
   Dans ce dix-neuvième siècle finissant en Grèce, naître fille était un grand malheur, une vie promise au travail incessant et parfois aux coups du père, du mari. Un drame pour la famille qui se devait de réunir une dot et par là, sacrifier un champ, une oliveraie.
   
   Trouver un époux avait un prix et plus la fille était laide plus le prix atteignait des sommets.
   
   Voilà la famille de Yannou, sa fille s’est mariée à un homme dont il y aurait beaucoup à dire et elle va accoucher, deux de ses fils ont quitté le nid pour un avenir en Amérique. "A mesure que la famille s’était accrue, les amertumes s’étaient multipliées"
   
   Denier problème en date, la naissance d’une petite fille dont la santé est chancelante, Yannou la veille, les heures passent et Yannou se revoit jeune femme, elle prend conscience de n’avoir jamais vécu autre chose que la servitude "domestique de ses parents. Une fois mariée, elle est devenue l’esclave de son mari".
   

   Elle ne peut se résoudre à laisser cette enfant vivre la même chose, elle veut faire une bonne action, lui éviter de souffrir.
   
   Elle qui sait soigner, qui connait les herbes qui font du bien, elle divague, elle s’interroge "Mon Dieu, pourquoi faut-il que celle-là soit venue au monde?"
   
   De machine à faire les enfants elle devient la force du destin.
   
   L’œuvre au théâtre:
   La mort de petite fille passe pour un accident mais Yannou se laisse emporter par la violence, la frustration, et les actes de mort se multiplient finissant par alerter les autorités.
   
   Une longue traque va commencer sur cette terre aride, la culpabilité ronge Yannou mais ne l’empêche pas d’être certaine que "Le plus grand cadeau serait d’avoir à leur donner, pardon mon Dieu! L’herbe à rendre stérile".
   
   Elle apparait monstrueuse, elle qui est sûre d’avoir agit par charité et qui se réjouit car la dot n’aura coûté qu’un linceul!! Elle est le bras armé de Dieu.
   
   Un roman à la fois moderne par l’œil qu’il porte sur la condition féminine mais un drame antique pas sa violence et son côté inéluctable. Faire le mal par devoir est-ce encore faire le mal? Le roman flirte avec le questionnement de Dostoïevski dans les Frères Karamzov.
   
   Court, dense, très réussi, c’est l’occasion de découvrir cet écrivain parfaitement ignoré en France.

critique par Dominique




* * *