Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dragon bleu, tigre blanc de Xiaolong Qiu

Xiaolong Qiu
  Mort d'une héroïne rouge
  Encres de Chine
  De soie et de sang
  La Danseuse de Mao
  Dragon bleu, tigre blanc

Qiu Xiaolong est un auteur chinois de romans policiers, né en 1953.

Dragon bleu, tigre blanc - Xiaolong Qiu

Roman d'intrigues
Note :

   Shanghai. L'inspecteur Chen Cao de la brigade des affaires spéciales est limogé sous couvert d'avoir eu une belle promotion en prenant le titre ronflant de directeur de la commission de réforme juridique de Shanghai. Traducteur à ses heures de TS Eliot, il échappe de justesse et par un heureux hasard à une descente de police lors d'une séance de dédicace dans un luxueux hôtel également réputé pour abriter des amours clandestines. Chen se met au vert à Suzhou, à 100 km de Shanghai et de là, tente de découvrir qui veut lui nuire, aidé par de fidèles amis, ainsi que par Qian, une mystérieuse jeune femme qui lui demande de prouver que son amant, un homme important, a pris une nouvelle maîtresse. Des affaires en apparence indépendantes vont se révéler liées et sources des ennuis de Chen ce qu'il va avoir du mal à mettre au jour.
   
   "Il songea à des vers de Liu Yong, un poète décadent de la dynastie des song, au XIème siècle.
    Je crains que les beaux paysages
    soient tous partis à ta suite.
    Ma solitude à qui la confier ?"
    (p.165)

   
   Un roman d'intrigues et de manipulations (trafic d'influences pour gagner des contrats, s'enrichir etc.) inspiré du scandale politico-financier qui impliqua Bo Xilai en 2013. Un style remarquable qui me réconcilie avec les romans policiers dont l'action est contemporaine. J'ai été happée par ce roman, tout y est parfait : fond et forme, sans oublier une délicate poésie et quelques recettes qui donnent envie de se mettre à table.
   
   Points forts : l'ambiance, les descriptions de Shanghai et les observations de la nature
   Difficultés : les prénoms chinois sont assez ardus à retenir et se ressemblent un peu (en plus on a du mal à se rappeler si ce sont des prénoms féminin ou masculin) : prendre des notes.
   
   
   Titre original : Shanghai Redemption

critique par Wictoriane




* * *