Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Boxcar Bertha de Ben Reitman

Ben Reitman
  Boxcar Bertha

Boxcar Bertha - Ben Reitman

Hobo sur les rails
Note :

   Une récente lecture de "Coupable de tout" d'Herbert Huncke m'a donné envie de lire cet ouvrage. J'ai regardé dernièrement le film du même nom de Martin Scorcese, qui à part que l'actrice est mignonne et parfois dévêtue, ne m'a pas laissé un souvenir marquant. Il est à mon
   avis nettement préférable de lire le livre qui est plus intéressant et plus véridique et qui n'a absolument rien à voir avec le film!
   
   Son surnom de "Boxcar" vient du mot anglais désignant un wagon transportant des marchandises mais qui devient un mode de transport clandestin pour de nombreux ouvriers saisonniers entre autre.
   
   Bertha Thompson avec l'aide de Ben Reitman nous raconte sa vie de "Hobo" dans l'Amérique de la grande dépression. Elle nait dans une famille pour le moins non conventionnelle, son grand père sera un adepte de John Brown, anti-esclavagiste qui fut pendu. Homme de conviction, il fit de la prison pour ne pas avoir obligé sa fille, enceinte de Bertha, à se marier. La mère de Bertha fut bien avant l'heure une femme libre, donnant naissance à quatre enfants, chacun ayant un père différent. La liberté sexuelle amène des situations pour le moins surprenantes, mère et fille ayant le même amant, puis plus tard les sœurs se trouvant dans la même situation!
   
   Un jour Bertha 17 ans et sa sœur Ena, avec l'accord de leur mère partent à l'aventure, pour le meilleur parfois et le pire aussi. Elle connaitra la prison, les réveils de beuveries dans des lits inconnus avec des hommes d'une crasse repoussante, après une journée dans un bar clandestin à boire de l'alcool de contrebande. Elle succombera au charme d'un proxénète, et sera pour un temps l'une des cinq pensionnaires de son cheptel. Elle sera amoureuse d'Otto, un voleur, elle aimerait un enfant avec un autre homme mais celui-ci vit avec sa sœur, bref une vie sentimentale compliquée mais assumée. Elle retrouvera son père, vivra un moment avec lui et ses amis mais repartira toujours plus loin...
   
   Une existence bien remplie, surtout si on considère que ce livre a été conçu quand elle avait trente ans ! Peut-être a t-elle eu une vie plus calme ensuite ?
   
   Les personnages foisonnent dans ce genre d'existence, des braves gens plein de bons sentiments, de franches canailles aussi, des militants de tous bords, même les pires. Bertha aime faire par elle même, certaines expériences pour s'aguerrir, et les vivre jusqu'au bout, malgré une certaine gène elle partagera la vie d'un voleur et se prostituera. Elle participera aux luttes ouvrières et puisera dans ses multiples vies une certaine philosophie.
   
   En plus des aventures et de la vie de cette femme, ce livre est aussi le constat d'une période très dure de l'histoire américaine. Il a donc un côté documentaire avec par exemple une classification de ce que l'on peut appeler les "nomades" américains. Les vagabonds sont très souvent des ouvriers saisonniers, qui voyagent dans les trains de marchandises par principe, passant de l'est à l'ouest du pays suivant le travail. Puis les "Hobos" qui voyagent par goût de la liberté, ou par rejet de la société de l'époque. Reste les clochards, les plus nombreux, alcooliques bagarreurs, ils sont le bas de l'échelle de ce monde du voyage. Il y a également un côté politique dans ce livre, l'Amérique était en effervescence, son économie en miettes et bien sûr les premières victimes étaient le monde ouvrier.
   
   J'aime beaucoup ces lectures qui m'amènent à faire des recherches sur des sujets que je ne connais pas. Comme tout le monde j'ai entendu parler de "La grande dépression" mais sans plus et ce genre d'ouvrages apporte un éclairage différent, celui des hommes et femmes qui ont vécu ce traumatisme de l'intérieur. Il est étrange de constater que les "Hobos" bénéficiaient d'une considération certaine et que beaucoup de monde les aidait, il existait par exemple dans quelques villes américaines des foyers nommés "Athénée Hobo". Il y avait également un code qu'ils traçaient en différents points des villes pour signaler divers renseignements aux autres membres de leur communauté.
   
   Une phrase résume la philosophie de ce livre :
   -Quand un riche veut voyager, il se fait globe-trotter. Quand un pauvre a la bougeotte, il devient vagabond.

   
   Pour mémoire, la première édition de ce livre date de 1937!
   
   Extraits :
   
   - Lorsque ma mère changeait de "mari" je m'en accommodais sans drame.
   
   - Ma mère n'était pas une "honnête" femme. Elle n'a d'ailleurs jamais prétendu l'être.
   
   - Les hommes sont tous des enfants. Ils ont besoin qu'on s'occupe d'eux. Apprends-leur à dépendre de toi.
   
   - Le mariage, c'est l'esclavage pour une femme. Les enfants naissent par accident.
   
   - Toutes trois portaient des pantalons.
   
   - Elle admettait qu'il était plus facile pour une femme de se débrouiller sur la route si elle ne se montrait pas trop difficile et elle considérait sans complexe son corps comme un capital.
   
   - Les chemins de fer volent les travailleurs, disait-elle. Pourquoi ne pas voler les chemins de fer ?
   
   - Mais je ne voulais pas faire partie d'une bande d'arnaqueurs. Quelque chose, tout au fond de mon cœur, se révoltait contre cette perspective.
   
   - En vieillissant, je m'aperçois que j'ai moins de besoins. J'ai découvert que la plupart des choses pour lesquelles j'ai lutté ne valaient pas la peine.
   
   - Ces femmes font partie du groupe le plus déglingué et le moins recommandable que j'ai jamais rencontré.
   
   - Ça doit être l'inertie. Il doit me falloir quelque chose de nouveau, une secousse, pour que je me sorte de là.
   

   Titre original : Sister of the Road : The Autobiography of Boxcar Bertha (1937)

critique par Eireann Yvon




* * *