Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Guide de Mongolie de Svetislav Basara

Svetislav Basara
  Guide de Mongolie
  Perdu dans un supermarché

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Guide de Mongolie - Svetislav Basara

Roboratif!
Note :

   C'est la première fois que mon chemin de lectrice croise celui de Svetislav Basara, que la quatrième de couverture de "Guide de Mongolie" qualifie d' "écrivain le plus incontrôlable de la littérature serbe". Et une fois n'est pas coutume, il semble que la quatrième de couverture soit à peu près sincère. Svetislav Basara écrit en électron libre et il nous livre ici un roman aussi farfelu que grinçant. Impossible d'en résumer l'histoire. Ou alors, il faut y voir l'histoire de l'auteur - ou d'un narrateur qui se fait passer pour lui - qui cherche par tous les moyens possibles et inimaginables (surtout ceux-là) à affirmer sa liberté de créateur envers et contre tout et tous (y compris ses lecteurs, oh oui... le lecteur s'en prend plein la vue!).
   
   Ceci dit, il est bien un peu question de Mongolie dans ce guide. Une des principales attractions touristiques de ce pays est un endroit surprenant, perdu dans les terrains vagues qui bordent l'aéroport international d'Oulan-Bator. Il s'agit - rien de moins - de "l'orée où rêve et réalité s'interpénètrent" même si "à cause d'un règlement du ministère de l'Instruction Publique, on n'aime pas parler de cette attraction". Nous n'en parlerons donc pas davantage. Et d'ailleurs, il se pourrait bien que Svetislav Basara l'aie inventée de toutes pièces pour rassurer le pauvre prélat néerlandais qu'il a découvert égaré dans le dit terrain vague, fort respectable personnage au demeurant et futur traducteur en Mongol de Søren Kierkiegaard et de la Bible de Luther. Vous apprendrez en outre tout ce qu'il y a à savoir sur l'économie mongole (en fait, c'est très compliqué, mais pour calculer les prix des denrées par contre, c'est très simple: 5 marks allemands...) et sur les risques qu'y courent les météorologues (bien plus graves que de se prendre une gros grelon sur la tête, malheureusement!).
   
   Et ce n'est pas fini car Svetislav Basara réussit encore à caser dans les 130 petites pages de ce court roman: quelques rudiments de l'art du thé, sa vision de la littérature serbe, une remise en question des fondements de la métaphysique, un amour de jeunesse, quelques notions de bouddhisme et une séance de psychanalyse. Entre autres choses. Toute cette accumulation pourrait certes devenir indigeste si ce roman était plus long. Mais en l'état, il est tour à tour désopilant, noir, caustique, onirique, délirant... et d'une lecture tout à fait roborative.

critique par Fée Carabine




* * *