Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Des hommes sans femmes de Haruki Murakami

Haruki Murakami
  Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil
  Les amants du spoutnik
  La course au mouton sauvage
  La fin des temps
  Chroniques de l'oiseau à ressort
  Kafka sur le rivage
  Le passage de la nuit
  La ballade de l'impossible
  Danse, danse, danse.
  L'éléphant s'évapore
  Autoportrait de l’auteur en coureur de fond
  Saules aveugles, femme endormie
  Après le tremblement de terre
  Sommeil
  1Q84 - Livre 1 - Avril -Juin
  1Q84 - Livre 2 - Juillet-septembre
  1Q84 - Livre 3 – Octobre-Décembre
  Underground
  L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage
  L’étrange bibliothèque
  Des hommes sans femmes
  Le Meurtre du Commandeur, livre 1 : Une idée apparaît

AUTEUR DU MOIS D'OCTOBRE 2005

Haruki Murakami est né au Japon en 1949. Il y a grandi et y a mené ses études jusqu'en 1974. A cet âge il se lance dans la vie active et gagne sa vie en faisant des traductions d'auteurs américains et en tenant un bar de jazz à Tokyo. Parallèlement, il écrit. C'est tout de suite le succès. Le talent de Murakami est reconnu et il obtient de nombreuses distinctions et prix littéraires.


Haruki Murakami se rendra ensuite aux Etats Unis où ils séjournera plusieurs années.
Revenu actuellement au Japon, il poursuit l'écriture de ses romans.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Des hommes sans femmes - Haruki Murakami

Sept hommes, sept nouvelles
Note :

   Haruki Murakami, né à Kyoto en 1949 est un écrivain japonais contemporain. Auteur de romans à succès, mais aussi de nouvelles et d'essais, Murakami a reçu une douzaine de prix et autres distinctions. Traduit en cinquante langues et édité à des millions d'exemplaires, il est un des auteurs japonais contemporains les plus lus au monde.
   
    Sept hommes, ils sont célibataires, veufs ou divorcés, étudiants ou déjà bien installés dans la vie, ils ont tous perdu une femme et sont devenus des hommes sans femmes.
   
   Kafuku est un acteur de théâtre, à la mort de sa femme, il décide de rencontrer Takatsuki qui a été le dernier de ses amants, dans le but de se venger…
   
   Kitaru propose à son ami Tanimura de sortir avec Erika sa petite amie, si elle doit rencontrer un autre homme, autant que ce soit lui, car il le connait et il pourra lui donner de ses nouvelles…
   
   Le docteur Tokai est chirurgien plasticien, il est convaincu que la vie conjugale n’est pas faite pour lui, mais il n’estime pas déloyal d’avoir plusieurs maîtresses en même temps. Et puis un jour il tombe amoureux fou, comme un vieux renard rusé pris au piège…
   
   Habara est confiné dans un appartement, sa seule visite une jeune femme qu’il a surnommée Shéhérazade, car après avoir fait l’amour elle lui raconte des histoires merveilleuses, comme la princesse des mille et une nuits…
   
   Kino a démissionné après avoir surpris sa femme avec un collègue de travail. Maintenant il est propriétaire d’un bar…
   
   Prague, la ville est envahie par des tanks et des soldats. Samsa se reveille dans une maison qu'il ne connait pas. On sonne à la porte, c'est une petite femme bossue qui prétend venir réparer une serrure cassée...
   
   A 1 heure du matin, le téléphone du narrateur sonne, un homme l’informe du suicide d’une femme. C’est la troisième femme avec qui il a eu des liens qui met fin à ses jours…
   
   Sept nouvelles où des hommes se racontent, ils croisent des femmes manipulatrices, souvent mariées qui trompent allègrement leurs maris.
   
    Sept histoires en forme de conte, où le sexe et la musique sont omniprésents. On peut être décontenancé par l’univers d’Haruki Murakami où la poésie et le fantastique se mêlent aux désirs sexuels permanents.
   ↓

critique par Y. Montmartin




* * *



7 nuances de Vivre seul
Note :

   "En l'espace d'un instant, dès que vous êtes un homme sans femmes, les couleurs de la solitude vous pénètrent le corps. Comme du vin rouge renversé sur un tapis aux teintes claires. Si compétent que vous soyez en travaux ménagers, vous aurez un mal fou à enlever cette tache. Elle finira peut être par pâlir avec le temps, mais au bout du compte elle demeurera là pour toujours, jusqu'à votre dernier souffle. Elle possède une véritable qualification en tant que tache, et, à ce titre, elle a parfois officiellement voix au chapitre. Il ne vous reste plus qu'à passer votre vie en compagnie de ce léger changement de couleur et de ses contours flous."
   

   Sept nouvelles, dont la dernière donne son titre au recueil, où il est effectivement de veufs, de divorcés, de célibataires, avec des statuts plus ou moins flous: comment appeler celui qui apprend la mort de son ancienne amante par le mari de cette dernière ?
   
   Au fil des textes, l'onirique se fait de plus en plus présent, les situations sont à la fois ancrées dans le réel mais se laissent aussi progressivement envahir par le fantastique: une Shéhérazade prend soin de diverses façons d'un reclus dont les motifs de l'enfermement sont laissés à notre imagination ; des serpents envahissent un jardin et conduisent un tenancier de bar à reconnaître enfin qu'il a été blessé par l'attitude de sa femme. Le fantastique culmine enfin dans les deux derniers textes "Samsa amoureux"où Murakami s'approprie le texte de Kafka en inversant la proposition initiale: "Lorsqu'il s'éveilla", il s'aperçut qu'il était métamorphosé en Grégor Samsa et qu'il était allongé sur son lit." Quant à la nouvelle éponyme, elle semble donner les clés des autres textes et le narrateur nous confie :" (il y a toujours, sur le parcours de mes promenades, des jardins qui abritent une statue de licorne)".
   

   Avec une extrême sensibilité et beaucoup de pudeur, sans oublier quelques pointes d'humour, Murakami nous entraîne dans son univers si particulier où il est question de musiques, de mélancolie, et de femmes bien sûr. Et zou sur l'étagère des indispensables !
   
   L'occasion de découvrir l’œuvre de Murakami pour ceux qui ne la connaitraient pas encore.

critique par Cathulu




* * *