Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Chroniques I de Bob Dylan

Bob Dylan
  Chroniques I

Chroniques I - Bob Dylan

Mister tambourine man
Note :

   Les chroniques dylaniennes sont une plongée dans un univers que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître : celui de la contre-culture beat et de la musique folk américaine des années 60/70, à l'époque où les luttes politiques avaient un sens, où le monde ne marchait pas encore sur la tête, malgré ses imperfections.
   
   "Chroniques I" est le premier tome des "mémoires" du génialissime Bob. Sans souci de la chronologie, Dylan nous offre un superbe opus transpirant la poésie par effluves incontournables. Ce type est un grand écrivain.
   
   A l'heure où les pipoles racontent leur vie dans une indécence affectée, Dylan laisse planer le mystère sur la sienne : vous voulez savoir si j'ai fait ci ou ça ? Qui j'aime ? Et bien non ! Discrétion...
   Dylan, icône de la jeunesse en colère - celle des droits civiques, notamment -, n'a jamais voulu du rôle de leader qu'on voulait lui faire endosser... Etre folk singer sans être un militant, à l'opposé de Joan Baez, son acolyte d'un temps (dont il brosse un portrait "amoureux" d'une grande beauté).
   
   Ce premier tome de Chroniques raconte avant tout le parcours des débuts du musicien, du poète, de l'homme curieux de tout. Il parle de ses propres "idoles" parmi lesquelles Woody Guthrie à qui il rendit visite dans son hospice, de ses collaborations avec Daniel Lanois ou Dave Van Ronck, de toutes ces rencontres qui ont jalonné sa carrière prolifique. A cet égard, certains aspects du livre peuvent être un peu déroutants quand il évoque des artistes inconnus en Europe.
   
   Dylan est un citoyen américain, avisé mais pas un militant, on l'aura compris. L'engagement politique a des limites qu'il ne veut surtout pas franchir au risque de perdre sa liberté. Il reste freewheelin' envers et contre tous.
   
   Dylan est une plume d'une rare qualité, pour qui vient de l'univers musical.
   
   Dylan est une énigme et c'est comme ça qu'on devient incontournable, voire envoûtant.
   Mais Dylan est aussi un mec tout à fait normal, qui veut vivre normalement, en père de famille...
   
   L'impatience me ronge déjà de dévorer la suite où, je l'espère, il racontera les coulisses fiévreuses de ce pur bijou qu'est "blonde on blonde".
   Ce disque m'a longtemps fascinée... D'ailleurs, je ne sais pas écouter "sad eyed lady of the lowlands" autrement que seule, tant son rythme est fascinant, à la limite de l'envoûtement sorcier.
   
   L'Amazone garde ses enchantements invisibles, un peu comme le Dylan sème le doute autour de sa personne.

critique par Evanthia




* * *