Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

John Florio alias Shakespeare de Lamberto Tassinari

Lamberto Tassinari
  John Florio alias Shakespeare

John Florio alias Shakespeare - Lamberto Tassinari

Shakespeare wanted
Note :

   Si vous me suivez ici régulièrement vous savez que j’ai lu deux biographies de Shakespeare, trois en fait mais l’un d’elle n’a pas fait l’objet d’un billet.
   
   Dans les trois, les auteurs se posent beaucoup de question sur l’identité même de l’auteur anglais, des zones d’ombres importantes persistent, en particulier sur ses études, sur une dizaine d’années où l’on ignore ce qu’il a pu faire. Toujours les biographes se sont interrogés sur le surgissement brutal de cet auteur si doué, si magnifique sur la scène londonienne, disons le, du jour au lendemain
   
    D’ailleurs Stephen Greenblatt note les trous dans la biographie et les incertitudes.
   
   "Un jeune homme originaire d’un petit bourg de province, sans fortune, ni relations familiales, ni éducation universitaire"
mais aussi "une réussite qui défie toute explication rationnelle"
   
   Parlant de l’œuvre
   "Son œuvre est si surprenante et si lumineuse qu’elle semble avoir été créée par un dieu et non par un mortel, encore moins par un provincial d’origine modeste."
Il précise "nous n’avons aucune preuve que Shakespeare fit ses études à la grammar school de Stratford."
   
   C’est au point que beaucoup d’écrivains et non des moindre, Borges, Henry James, Dickens, Twain, Walt Whitman sans oublier Freud, mettaient en doute que l’auteur de théâtre ait pu ainsi surgir d’un chapeau.
   
   Beaucoup de noms ont été avancés, Francis Bacon, Edouard de Vere ou Marlowe, sans que jamais on ne soit parvenu à rien prouver faute de documents.
   
   Voici l’essai de Lamberto Tassinari qui n’hésite pas à franchir le Rubicon et à considérer que William Shakespeare en tant qu’auteur n’a jamais existé, que sous ce nom se cache John Florio italien de naissance, anglais d’adoption, l’auteur du premier dictionnaire anglais/italien "Le Monde des mots" et le traducteur de Montaigne et Boccace en anglais.
   
   Pour l’occasion et afin que vous ne me preniez pas pour une hurluberlue j’ai relu la biographie romancée de John Florio par Anne Cuneo.
   
   La biographe place Shakespeare au plus près de Florio même si, dans la post-face, l’auteur prend bien garde de préciser que jamais au grand jamais elle n’a pu penser à une possible paternité de John Florio, faute de temps dit-elle.
   
   Ce qui m’a intéressée dans le travail de Tassinari c’est qu’alors que Shakespeare est un des auteurs ayant entrainé la production de travaux universitaires en nombre ahurissant, personne n’ait cherché à travailler sur Florio éminent intellectuel de son temps, linguiste émérite, traducteur reconnu. Comme si cet homme singulier n’avait jamais existé et surtout n’avait aucun lien avec William Shakespeare.
   
   Pourtant le premier livre de Florio "First Fruites" est un ouvrage d’un linguiste qui aurait dû susciter l’intérêt de tous les chercheur soucieux de reconstituer la langue anglaise de Shakespeare.
   
   On constate quand on lit Shakespeare qu’il a un penchant pour les proverbes en tous genres or, "John( Florio) a lancé la mode de l’utilisation de dictons populaires et de proverbes en Angleterre, une mode dont Shakespeare, selon la critique orthodoxe, allait être un des adeptes les plus enthousiastes."
   
   Le second livre de l’italien, "Second frutes" est un "texte extrêmement pénétrant, résultant d’un travail de journalisme littéraire intelligent et cultivé sur la vie londonienne de l’époque. Bref, c’est un manuel plein de vivacité, d’érudition, d’idées et de tournures stylistiques qui, souvent, se retrouvent inchangées dans les œuvres de Shakespeare"
   

   Plusieurs universitaires ont commencé d’étudier Shakespeare à la lumière de Florio, mais au dernier moment, alors qu'il avancent des arguments en faveur d'un lien fort, ils renoncent à faire un pas de plus et à dire Florio = Shakespeare.
   
   Ce qui est certain et n’est nié par aucun biographe de Shakespeare c’est que "indépendamment de la question identitaire, le processus de l’écriture, de la représentation et de l’impression des œuvres de Shakespeare demeure un mystère presque total" et j’avoue qu’en relisant la biographie de Greenblatt le lien qu’il fait entre, un penchant possible pour l'alcool du père de Shakespeare et la création de l’ivrogne Falstaff, est un rien tiré par les cheveux par exemple.
   
   Alors d’où viennent les connaissances de Shakespeare en musique? Son vocabulaire musical est étendu, en botanique, en médecine ...
   Tous les biographes mettent l’accent sur l’influence de Montaigne sur Shakespeare (le Roi Lear, la Tempête) Montaigne dont les Essais furent traduits par... John Florio.
   
   Florio a forgé 1149 mots en anglais pour traduire Montaigne, rappelez-vous que l’on dit que Shakespeare lui en aurait inventé 2000, il semble improbable que deux hommes vivant à la même époque, créent en même temps un nouveau vocabulaire sans se connaitre !
   
   Plus pertinent encore la connaissance par Shakespeare des écrits de Giordano Bruno pas encore connu, que Florio a côtoyé plusieurs années auprès de l’ambassadeur de France.
   Le Marchand de Venise et Othello ont pour source d’inspiration des romans italiens non traduits en anglais au moment où Shakespeare écrit.
   
   La Renaissance se prêtait bien aux emprunts littéraires, le droit d’auteur n’était pas fixé et "la masse des emprunts de Shakespeare à Florio est avérée".
   
   On a souvent fait noté les emprunts de Shakespeare à la Bible et son savoir en la matière, ce à quoi L. Tassinari répond qu’en effet John Florio a fait des études au séminaire de Tübingen ce qui lui permettait de vivre "bible en poche"
   
   Enfin la connaissance fine de l’Italie est sûrement un argument de poids, connaissance des textes, de la commedia dell' arte, et sentiment de l’exil très souvent utilisé par Shakespeare.
   Florio est un italien amoureux de la langue anglaise, ce qui pourrait expliquer l’étrangeté souvent remarquée de la langue de Will le barde.
   
   L’essai de Lamberto Tassinari n’est pas parfait mais il a le mérite d’ouvrir un débat.
   "Pourquoi ce linguiste polyglotte, lexicographe, traducteur, courtisan, ami des plus puissants parmi les nobles de son époque, durant seize ans secrétaire personnel de la reine Anne de Danemark et grand diffuseur des cultures européennes en Angleterre a-t-il été boudé par les universitaires ?"
   

    Il n’y a pas de preuves de ce que Lamberto Tassinari avance MAIS il y a un tel faisceau d’éléments concordants qu’à tout le moins on peut être certain d’une coopération entre ces deux personnages si tant est qu’ils ne fassent pas qu’un.
   
   Que les Anglais résistent à l’idée d’étudier la question on peut le comprendre, imaginons qu’un trublion vienne nous dire que Molière c’est du vent...

critique par Dominique




* * *