Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Tout peut arriver de Jonathan Tropper

Jonathan Tropper
  Le livre de Joe
  Tout peut arriver
  Perte et fracas

Tout peut arriver - Jonathan Tropper

Rien n’est jamais figé
Note :

   Tout est lisse, presque parfait. Un job qui paye, une fiancée de rêve alors qu’il n’est pas vraiment beau, la trentaine, colocataire dans un super appartement qu’il ne paye même pas et qu’il partage avec Jed, millionnaire….Zach vit ce qui arrive, comme ça, parce que ça arrive, et même s’il sait en apprécier les valeurs, au quotidien, les questions quant à un changement éventuel de sa situation ne se posent pas vraiment.
   
   Il pourrait même aller jusqu’à se trouver privilégié quand il repense au passé, ce que fut son enfance, détruite, entre les rancœurs de sa mère à l’encontre de son père, et ce dernier qui est parti alors qu’il n’était encore qu’un gamin, les abandonnant lui et ses frères à la honte qui suivra. Un père coureur, surpris dans le plus simple appareil entre les cuisses de sa secrétaire, Anna. De ces ébats, cette mère tirera quelques clichés, qu’elle redistribuera sous forme de calendrier… Il est des chutes plus ou moins dures, dont on ne se relève jamais vraiment indemne…
   
   Mais cette impassibilité, cache en fait un grand malaise, bien ancré, tout en profondeur…
   Il y a d’abord la mort de son meilleur ami. Un bête accident de voiture comme tant d’autres, sauf que dans cet accident, Zach était sur le siège passager et a vu son ami mourir sous ses yeux.
   
   Il y a ensuite Tamara, la femme de son ex-meilleur ami, dont il est profondément amoureux et que même son mariage annoncé n’arrive pas à lui faire oublier.
   
   Il y a Hope, cette fiancée au corps magnifique, qui l’aime, pour ce qu’il est, mais dont il ne sait plus si ce mariage qui avance est une si bonne idée.
   
   Et puis son travail, s’il paye, il n’en reste pas moins qu’un simple agent de service, un « spécialiste en externalisation »….Coincé entre le patron et les clients, il doit se plier sans cesse aux exigences des uns et des autres, répondre au téléphone, et aux mails, trouver des solutions et servir de bouc-émissaire quand surgit le plan foireux… Intermédiaire comme il aime le dire.
   
   Zach ne sait plus, en fait il n’a jamais vraiment su, il n’a fait que suivre toute sa vie une volonté, une conduite qu’il s’est juré de tenir : Celle de ne pas ressembler à ce père raté, qui a toujours tout foiré, autant sur le plan conjugal que professionnel.
   
   Mais son incertitude quant à sa conduite, les réponses à ses questions, aux choix qu’il devrait faire, vont trouver réponse, par un beau matin, quand il découvrira du sang dans ses urines et qu’à peine quelques instants après l’annonce d’un éventuel cancer, lorsque la sonnette retentit, il aura la surprise de découvrir, Norm, son père derrière la porte…
   
   Certainement plus ‘cliché’ (surtout vers la fin) que « Le livre de Joe », « Tout peut arriver » nous entraîne dans les incertitudes, les choix qu’une vie peut nous amener à faire lorsque, toute programmée qu’elle soit, tout bascule lors d’un événement majeur et incontrôlable….
   
   Pour l’amateur de Jonathan Tropper que je suis devenu, (et au sujet duquel je suis dithyrambique), j’ai retrouvé cette façon d’écrire, sincère, sans fioritures. A la fois drôle, triste, mais toujours en couleurs, ce livre qui est son petit dernier, fait actuellement l’objet d’une adaptation cinématographique aux Etats-Unis.
   
   Jonathan Tropper dispose également de son propre site , mais qui n’est qu’en anglais comme son premier roman d’ailleurs, inédit en France, « Plan B »….(je suis désespéré….oui je l’ai déjà dit…..c’était au cas où)
   ↓

critique par Patch




* * *



Colloc à haut risque
Note :

   Comme si je n’avais pas assez de soucis en ce moment, Jonny est venu en remettre une couche récemment ! Jonny c’est le petit nom que je donne à Jonathan. Ce n’est ni mon amant, ni mon cousin, ni mon hamster. Pas même ma plante verte. Non, Jonathan est mon nouveau colloc et squatte ma bibliothèque depuis quelques mois. Ou presque.
   
   Quand je dis qu’il arrivé avec sa valise et ses cartons comme ça sans prévenir, annonçant les pires ennuis, je n’ai pas menti. La preuve ! Histoire de me rassurer, il m’a remis un texte au titre fatidique : Tout peut arriver ! Si j’avais déjà quelques inquiétudes en voyant débarquer Jonny chez moi, autant dire que ce cadeau empoisonné ne laissait plus de place au doute. A mes menus tracas j’ai dû ajouter tous ceux de Zach (de ce côté-là il était servi !). La période heureuse des petites angoisses était révolue : les catastrophes pouvaient déferler.
   
   Car Zach a beau être un type très sympa, jeune, dynamique… il a beau être le meilleur des frangins et faire tout son possible pour devenir quelqu’un de bien, en prenant l’exact contre-pied de son père… il cumule tous les ennuis possibles. Fiancé à Hope, riche héritière intelligente et splendide (bien qu’un peu potiche à mon goût), il est fou amoureux de Tamara, la veuve de son meilleur ami. Au cas où le petit côté tragique de la chose vous aurait échappé, ajoutons que l’ami en question est décédé dans un accident de voiture aux côtés de Zach, après avoir tranquillement agonisé auprès de lui (pour les détails, voir directement l’extrait incriminé).
   
   Bon. Avouez que jusque-là, Zach et moi pouvions encore nous en sortir. Oui mais non. Ajoutez à ce triangle amoureux la réapparition inquiétante d’un père disparu depuis des années, soi-disant venu faire amende honorable ; un job épouvantable qui le rend fou ; un beau-père qui tripote un peu trop Hope, la fiancée ; un colloc dépressif qui passe sa journée à poil devant la télé ; un frère cadavérique et un autre qui se fait arnaquer par le balourd du quartier. Ah, et j’oubliais un dernier petit détail : des problèmes de santé franchement inquiétants (Zach vit-il ses derniers mois ?). Vous aurez devant vous le tableau des problèmes qui se sont subitement ajoutés aux miens. (Autant dire que par effet de substitution, mes petits soucis ont disparu et que j’ai pu librement angoisser pour mon ami Zach, serrant convulsivement le texte de Jonny pendant de fiévreuses lectures sans fin)
   
   Au final, après des péripéties tantôt rocambolesques et hilarantes, tantôt inquiétantes, l’histoire de Zach a pris la tournure que j’attendais. Soulagée, j’ai refermé mon livre et repris ma respiration après une immersion de plusieurs heures. Puis j’ai vite remis ce fardeau à une amie pour ne plus avoir à frémir à chaque seconde. Jonny a donc fait ses valises pour quelque temps. Zach aussi. Et pour me remettre de mes émotions j’ai entrepris une cure de thé vert aux effets pseudo-zénifiants. Car ne prenez pas ce voyage aux côtés de Jonny pour la traversée d’un long fleuve tranquille !
   
   Enfin, c’est qu’il va tout de même me manquer Zach… pfff… je parie que si Jonny débarque à nouveau avec ses cartons plein d’épines je ne vais même pas savoir lui dire non !

critique par Lou




* * *