Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le poids de la neige de Christian Guay-Poliquin

Christian Guay-Poliquin
  Le poids de la neige

Le poids de la neige - Christian Guay-Poliquin

C'est l'hiver, la neige montre ses dents
Note :

   Sa voiture n'est plus qu'un amas de ferrailles tordues, il est cloué au lit, les jambes immobilisées dans des attelles. Il a survécu à un terrible accident de voiture, il sait qu'il ne peut plus rien faire par lui-même.
   
   Mathias, suite à une panne de voiture, s'est retrouvé piégé ici, sa femme l'attend, il doit retourner en ville. Mathias a accepté de veiller sur lui, en échange de deux rations de nourriture et d'une place dans le convoi qui partira pour la ville, dès le retour du printemps. Il n'y a plus d'électricité depuis des mois, les hôpitaux sont loin.
   
   Cette pièce où ils vivent tous les deux reclus sera bientôt trop petite pour eux deux…
   
   Un terrible concours de circonstances et deux hommes se retrouvent dans un huis clos glaçant. Au fil des chapitres la neige s'amoncèle et la tension monte. Le désœuvrement est le danger le plus menaçant. Il faut rationner les vivres en attendant la prochaine livraison. Des paysages somptueux, une atmosphère étouffante mais hypnotique, avec son écriture simple l'auteur réussit à nous tenir en haleine jusqu'au bout, et pourtant rien ne se passe.
    ↓

critique par Y. Montmartin




* * *



Paradoxalement haletant
Note :

   Christian Guay-Pouliquin, avec ce deuxième roman récemment publié en France, confirme qu’il aime écrire, de façon paradoxalement haletante, des histoires où il ne se passe rien. Un rien aux origines incontrôlables. Un rien qui rend alors tout possible.
   
   Ici, trois causes se combinent pour rebattre toutes les cartes. Depuis des semaines, une gigantesque panne d’électricité s’est emparée d’un pays dont l’immensité parsemée de forêts impénétrables et de lacs profonds fait nécessairement penser au Canada dont est originaire l’auteur. Une panne d’autant plus inquiétante qu’elle survient au moment où la neige commence à tomber accumulant jour après jour des couches de plus en plus épaisses. Un homme encore jeune qui se rendait dans son village natal, après dix ans d’absence, pour visiter son père a été victime d’un grave accident de la route. Sauvé de justesse par ceux de son village qui l’ont reconnu, il est confié aux soins d’un inconnu, lui aussi échoué dans ce village isolé de tout et dont la neige rend la sortie absolument impossible.
   
   Dès lors, tout est en place pour bâtir un roman en forme d’huis-clos et dont les dialogues aussi rares qu’incisifs viennent rythmer un temps dont on ne fait plus le décompte. Optant pour des chapitres courts, parfois très courts, qui tous s’ouvrent par un nombre que l’on peut interpréter comme celui des centimètres de neige qui s’accumulent ou des jours d’enfermement qui croissent avant de décroître vers un avenir aussi incertain qu’aléatoire lorsque le dégel avance lentement, Christian Guy-Pouliquin scrute avec talent, patience et minutie comment les règles sociales évoluent puis explosent, comment les relations entre deux individus obligés de se supporter pour s’entraider et survivre suivent des méandres aussi tortueux que la guérison délicate d’un accidenté soigné avec les moyens du bord.
   
   Chaque jour qui passe accentue le poids de la neige sur les structures sociales, sur les habitats, sur les hommes dévorés par leurs tensions, leurs passions et leurs illusions jusqu’à un délitement final qui laisse le champ à toute interprétation et à tout possible, surtout le pire.
   
   Christian Guay-Pouliquin signe un roman aussi fort qu’original d’ailleurs récompensé par de nombreux prix.
    ↓

critique par Cetalir




* * *



260 pages hypnotiques !
Note :

   A l’écart d’un village enseveli sous la neige et coupé du reste du monde par une coupure d’électricité, deux hommes doivent vivre ensemble. Grièvement blessé aux jambes à la suite d’un accident de voiture, le narrateur est hébergé chez Mathias. Ce vieil homme a accepté à la condition d’être un de ceux du convoi à partir dès que le temps le permettra. Car sa femme malade l’attend en ville, c’est sa seule et unique préoccupation.
   
   Il n’y pas d’indication de lieu ou de temps comme on ne se sait pas ce qui a provoqué cette panne d’électricité Les deux hommes reçoivent peu de visites. Invalide, le narrateur dépend de Mathias, un personnage énigmatique, âgé et aimant lire. Il l'observe, l'écoute en restant sur la défensive. Alors que l’hiver n’en finit pas, les venues des villageois deviennent rares. Et les nouvelles ne sont pas encourageantes : la nourriture manque, il n’y a plus d’essence, ceux qui sont restés ont peur et se protègent des pilleurs. Les tensions deviennent plus pesantes au fur et à mesure que les conditions deviennent extrêmes.
   
   Ce roman hypnotique distille une atmosphère implacable alternant avec de superbes descriptions de la nature glaciale et des moments d’entraide entre les deux hommes mais sans que jamais la méfiance envers l’autre ne disparaisse.
   L'auteur fait parler les silences, les gestes de cette cohabitation forcée et le lecteur est aux aguets.
   Un livre dévoré !
   
   "Ce n'est ni la neige ni le froid, ni la noirceur ni la faim. C'est le temps, c'est le temps qui viendra à bout de nous."

critique par Clara et les mots




* * *