Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le parapluie et autres nouvelles de Guy De Maupassant

Guy De Maupassant
  Boule de suif
  Le rosier de Madame Husson
  Le parapluie et autres nouvelles
  Mademoiselle Fifi et autres nouvelles
  Clair de Lune et autres nouvelles
  Pierre et Jean
  Bel-ami
  Le Horla
  Toine et autres contes
  L'héritage
  Chroniques cauchoises
  Monsieur Parent
  M comme: Le Horla
  Les prostituées
  Les contes de la Bécasse

* On peut voir la fiche "Du roman considéré comme un des beaux-arts"

* J.S Bordas a fait une adaptation en bande dessinée de la nouvelle de Maupassant "Le Docteur Héraclius"

Le parapluie et autres nouvelles - Guy De Maupassant

4 nouvelles
Note :

   Le parapluie. La ficelle. La parure. La dot.
   
   Guy de Maupassant. La Normandie. Les paysans et leur « matoiserie ». L’avarice. Les amours … le plus souvent désillusionnées … est-ce le format court de ces quatre nouvelles qui viennent enfoncer un clou jusque là moins perceptible ? Touours est-il qu’un caractère quasi obsessionnel transparait quant au côté avaricieux du paysan normand, grossi jusqu’à la caricature (au point que je me demande si ce n’est pas Maupassant qui en a lancé la légende – si c’en est une), quant à l’aspect petites intrigues – mesquinerie – matoiserie du paysan haut-normand, et les amours immanquablement trompées de pauvres jeunes filles, immaculées comme des oies blanches.
   
   Il me semble que le style et les ambitions de Maupassant se développent mieux dans un format plus long, celui du roman. Encore que « Le rosier de Madame Husson », un autre recueil de nouvelles, … Ces quatre-ci seraient-elles plus faibles ?
   
   Bien sur le sens de l’observation des turpitudes et des bassesses de l’âme de ses contemporains haut-normands est là. Sa facilité à dérouler le fil, à le rendre vivant, palpable, sont là, mais … Mais enlevez le ressort de l’avarice et les quatre nouvelles tombent par terre ! D’autres mouvements de fond nourrissent le récit, et, encore une fois, l’incomparable, le cruel pourrait-on dire, sens de l’observation de Guy de Maupassant.
   « Le rosier de Madame Husson » m’avait paru meilleur.

critique par Tistou




* * *