Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

O.N.G. ! de Iegor Gran

Iegor Gran
  Ipso facto
  O.N.G. !
  L'écologie en bas de chez moi
  La revanche de Kevin

Iegor Gran est le nom de plume de Iegor Andreïevitch Siniavski, écrivain français né en 1964, à Moscou.

O.N.G. ! - Iegor Gran

O.N.G. en folie
Note :

   Adolescent attardé et frustré, Julien, le narrateur, est recruté comme stagiaire bénévole au sein d'une organisation écologique, "La Foulée verte", dirigée par le charismatique Ulis. Tout va pour le mieux jusqu'au jour où une autre organisation humanitaire, "Enfance et vaccin", s'installe dans le même immeuble. Les provocations mesquines se multiplient de part et d'autre, et c'est une guerre sans merci qui finit par éclater entre les deux ONG, tous les coups étant permis pour détruire l'adversaire...
   
   Voilà un roman original et sacrément cynique. Avec un humour acide, Iegor Gran dissèque la délirante confrontation entre deux ONG dans un immeuble de province. Ce qui est hilarant et fait tout le sel du livre, c'est le décalage entre leurs belles paroles et leurs actes de plus en plus ignobles. Les deux organisations rivalisent en effet de bons sentiments et d'idéaux, mais chacune est prête à tous les coups tordus sous le prétexte de défendre sa "Cause", humanitaire pour les uns, écologique pour les autres. Ces défenseurs de la vertu, gonflés de leur importance et persuadés d'être indispensables, vont révéler leur véritable visage, et ce n'est pas joli à voir. La haine éclate, les pires pulsions humaines se réveillent, la guerre est totale et il n'y a pas de quartier. C'est peut-être d'ailleurs le reproche qu'on peut faire au roman : les personnages et les situations sont parfois tellement outrés qu'on frôle la caricature.
   
   Malgré tout, l'impertinence et l'humour décapant d' «O.N.G.!» en font un roman qui se lit avec plaisir, d'autant que sous la farce se dissimulent des questions plus sérieuses. Les personnages qui se disputent le monopole de la bonne conscience et se servent de leurs idéaux pour excuser leurs dérapages et leur soif de pouvoir donnent en effet à réfléchir.
   
   Un bon roman, donc, intelligent et férocement drôle. Si vous n'aimez pas le cynisme, passez votre chemin !

critique par Caroline




* * *