Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les petites ironies de la vie de Thomas Hardy

Thomas Hardy
  Jude l’obscur
  Les petites ironies de la vie
  Tess d'Urberville
  Le retour au pays natal
  Les Forestiers
  Le Maire de Casterbridge
  Loin de la foule déchainée
  Cent poèmes
  Métamorphoses
  Une Femme d'Imagination et autres contes

Thomas Hardy est un écrivain anglais né en 1840 et décédé en 1928.

Christopher Nicholson a fait de Thomas Hardy le personnage principal de son roman "Hiver".

Les petites ironies de la vie - Thomas Hardy

Posons-nous cinq minutes
Note :

   Ecrites dans les années 70, (Mille huit-cent 70 !), ces petites nouvelles, à la longueur variable, dépeignent essentiellement les relations humaines, et leurs petites ironies... Tel est pris qui croyait prendre, à cheval donné on ne regarde pas les dents etc... Mais si l'époque est toute Victorienne, le ton général est très actuel. L'être humain après tout ressent toujours les mêmes choses, s'il a grandement perdu en un siècle le sens de l'honneur qui prévalait dans toutes les relations à l'époque.
   
   Ah, s'enflammer platoniquement pour un écrivain à travers ses œuvres.... Défaillir au son du violon de l'être aimé… Laisser mourir son père pour sauver l'avenir de sa sœur, et vivre à jamais sous la férule de son propre jugement moral… Au départ on se dit "oh la la, ça va être mou, je vais avoir du mal..." mais en fait on lit tout ça d'une traite, et on soupire, on comprend...
   
   Bref, j'ai bien aimé. Même si certaines phrases horriblement machistes (normales à l'époque) m'ont fait sursauter malgré tout, telle :
    "Ned reconnut que Caroline se montrait une épouse et une compagne excellente, bien qu'elle ne valût pas cher, comme on dit, lorsqu'elle s'était présentée à lui; mais, en cela, elle était comme tout autre article de ménage, une théière bon marché, par exemple, dans laquelle le thé se fait souvent mieux que dans une autre de grand prix."
   Sic…

critique par Cuné




* * *