Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Notre-Dame de Paris de Victor Hugo

Victor Hugo
  Le dernier jour d’un condamné
  Bug-Jargal
  Notre-Dame de Paris
  Les Travailleurs de la Mer
  L'Homme qui rit
  Claude Gueux
  Han d'Islande
  Ruy Blas
  Quatrevingt-treize
  Le théâtre en liberté
  Mille francs de récompense
  L'intervention
  Han d'Islande

Victor Hugo, né le 26 février 1802 à Besançon et mort le 22 mai 1885 à Paris, est un poète, dramaturge et prosateur romantique considéré comme l’un des plus importants écrivains de langue française. Il est aussi une personnalité politique et un intellectuel engagé qui a compté dans l’Histoire du XIXe siècle.
(Wikipédia)

Sa biographie en bande dessinée ici.

Judith Perrignon a fait de sa mort le sujet de son roman "Hugo vient de mourir".

Notre-Dame de Paris - Victor Hugo

Tout simplement un classique
Note :

   Notre-Dame de Paris, comme tout le monde le sait est un des romans les plus connus du maître quasi-incontesté du romantisme français, Victor Hugo. C'est aussi mon préféré de cet auteur.
   
   Tout d'abord, le roman est tout simplement beau ; beau à l'image de son héroïne la merveilleuse Esmeralda. Le style est beau (en même temps c'est du Victor Hugo) ainsi que les sentiments tellement purs, tellement fragiles de la gitane. On ne peut qu'être touchés par son innocence et révoltés par le fait que cette innocence et cette joie de vivre seront brisées.
   On assiste à des moments merveilleux, je pense bien entendu au moment mythique où Esmeralda donne à boire à Quasimodo alors qu'il est soumis au supplice mais aussi à un autre tragique et déchirant dont je ne parlerai pas car il se situe vers la fin du livre et n'est pas forcément connu de tous.
   
   Dans Notre-Dame de Paris, Hugo nous fait une véritable étude de l'amour sous toutes ses formes. Il est intéressant de voir que les protagonistes masculins aiment tous Esmeralda mais de manière totalement différente : Quasimodo de l'amour pur et naïf d'un homme laid de visage mais sublime de coeur, Frollo d'une passion destructrice et Phoebus d'une façon passionnée et charnelle mais loin d'être durable. On y voit jusqu'au côté le plus noir de l'amour : son danger. En effet, l'amour finira par tout détruire sur son passage.
   
   Et puis, on retrouve encore une fois l'homme de coeur qu'était Hugo. La critique de l'injustice de la société et des hommes, thème si cher à Hugo est présente plus que jamais. L'injustice de la laideur physique qui peut cacher une beauté humaine. L'injustice des puissants qui font ce qu'ils veulent avec les faibles. On voit notamment une scène où un juge fait son travail de manière assez particulière pendant le procès de Quasimode et qui est une véritable scène de dénonciation.
   Je suis particulièrement touchée par cet aspect là, ce livre nous rappelle que Victor Hugo était un homme véritablement courageux comme la jeune ado idéaliste que je suis les admire.
   
   A part un passage légèrement ennuyeux où Hugo nous fait un plan de Paris par écrit et qui n'est pas vraiment le passage le plus intéressant du roman, presque chaque phrase me touche.
   C'est un livre tragique et pathétique à la fois, beau, touchant, révoltant et qui mérite bien son statut de classique. C'est vraiment une oeuvre intemporelle.

critique par Moineau




* * *