Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

A la recherche du voile noir de Rick Moody

Rick Moody
  Tempête de glace
  A la recherche du voile noir
  Le script
  Purple America

Rick Moody est un écrivain américain né en 1961 à New York.

A la recherche du voile noir - Rick Moody

Que cache ce voile?
Note :

   Rick Moody recherche sa filiation avec Joseph Moody "Le mouchoir" qui servit de modèle à Nathaniel Haworth pour sa nouvelle "Le voile noir du pasteur". Rick Moody met en parallèle avec plusieurs siècles d'écart, sa vie et celle de ce pasteur.
   
   L'auteur nous raconte sa jeunesse, le divorce de ses parents, ses parties de chasse, puis sa descente aux enfers. L'alcool, ses beuveries de Noël, sa vie avec Jen, une jeune alcoolique qui le mettra à la porte, puis la drogue son internement volontaire en hôpital, quand la peur de se faire violer devient trop forte, lui faisant craindre de sortir. Puis sa vie se mêle à celle de "Mouchoir" ce pasteur qui après la mort de sa femme et de sa fille se couvrira le visage d'un voile noir qu'il gardera jusqu'à sa mort. Il s'en suit un long travail de recherche dans les bibliothèques puis sur le terrain avec son père dans "La Jaguar champagne" très discrète dans le Maine profond. Le pasteur est un être puritain à l'extrême, qui mentionne dans ses écrits "Je me suis souillé la nuit dernière" qui flirte avec sa cousine, et qui est responsable de la mort d'un de ses amis d'enfance, et après la prise de ce voile suivra plusieurs exécutions capitales.
   
   "Pour autant que je sois doté d'attributs irréductiblement individuels, je ne puis que me voiler la face…"
   
   La tentative de Rick Moody de porter le masque est un moment plutôt gai de ce livre même si elle n'est pas un franc succès.
   
   L'écriture est plus sage, plus apaisée que dans "Démonologie". Je me demande si la nouvelle n'est pas plus dans le style de Moody.
   
   Je pense que je suivrai le conseil d'un ami et que j'attendrais un grand soleil et un moral au zénith pour lire "Purple America"

critique par Eireann Yvon




* * *