Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Deux rives de Fabio Pusterla

Fabio Pusterla
  Deux rives

Deux rives - Fabio Pusterla

Soleil d'hiver
Note :

   Né à Mendrisio, en Suisse italienne, en 1957, Fabio Pusterla partage à présent sa vie entre sa région d'origine et l'Italie du Nord. Entre l'enseignement, les traductions et une oeuvre poétique, qui apparaît au travers de ces "Deux rives" comme une poésie des lieux abandonnés où flotte pourtant encore le souvenir d'une présence, à l'égal d'un parfum... C'est une ruelle désertée, après le passage du promeneur dont les pas s'éloignent. Ce sont les échos laissés par les voix des habitants d'un quartier d'Ancône, détruit par un bombardement. C'est un poète tombé dans l'oubli, et qui s'en voit tiré le temps d'une épitaphe. Ce sont les mots, même, qui se dérobent...
   
   Composant ce recueil en mêlant des textes tirés en fait de deux livres différents, "Le Cose senza storia" et "Pietra sangue", Béatrice de Jurquet et Philippe Jaccottet sont parvenus à offrir au lecteur francophone une vision aussi cohérente que séduisante de l'univers de Fabio Pusterla. La vision d'une beauté fragile sous un pâle soleil d'hiver. Une vision que j'aimerais pouvoir retrouver ailleurs...
   
   
   Extrait:
   
   Epitaffi per Armand Robin (3)
   
   "Durante i miei lunghi ascolti
   sentivo le margherite
   chinare la testa pazienti
   sul flusso delle radici:
   terra nera che infossa.
   Zolla su zolla dispensa
   un alito greve, profondo.
   Le voci dei miei poeti
   salivano sempre dal basso,
   parlavano piano
   dal fondo."
   
   
   Epitaphes pour Armand Robin (3)
   
   "Pendant mes longues écoutes
   je sentais que les marguerites
   courbaient la tête, patientes
   au-dessus de la force des racines:
   terre noire, fossé.
   Motte après motte, elle dispense
   un souffle pesant, profond.
   Les voix de mes poètes
   montaient toujours d'en bas,
   parlaient bas
   à partir du fond." (pp. 94-95)

critique par Fée Carabine




* * *