Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La nuit est mon royaume de Mary Higgins Clark

Mary Higgins Clark
  Une seconde chance
  Rien ne vaut la douceur du foyer
  Le fantôme de Lady Margaret
  Une si longue nuit
  La nuit est mon royaume
  La nuit du Renard

Mary Higgins Clark est une écrivaine américaine de romans policiers, née en 1927 à New York.

La nuit est mon royaume - Mary Higgins Clark

Hibou, chou, caillou, …
Note :

   Du Mary Higgins Clark dans toute sa splendeur. C'est vrai que ça peut lasser à la fin, mais quand on connait, on ne peut pas se plaindre de ce qu'on trouve
   
   Toujours donc: milieux aisés, des gentils, des méchants, du suspense néanmoins ménagé jusqu'à la fin. On sent quand même que Mary Higgins Clark prend plaisir à écrire ses histoires. Enfin moi je le pense, et je prends plaisir à lire, de temps en temps, ses histoires. C'est vrai que ça fait daté dans la production polardienne telle qu'elle a évolué. Là on est sur l'ancienne école. Patricia Cornwell fait beaucoup plus «vivante», par exemple.
   
   Soit une historienne réputée (chez Mary Higgins Clark soit on est est riche, soit on est célèbre, ou plus généralement les deux!), Jean Sheridan. Soit une réunion d’anciens élèves de son école: la Stonecroft Academy, dans le Comté de New York. Soit une autre ancienne élève retrouvée assassinée, enfin, noyée dans sa piscine… après plusieurs autres morts suspectes. La psychose va progressivement s’inviter à cette réunion, la psychose et la terreur. Elle montera paroxystiquement jusqu’au dénouement qui, chez Mary Higgins Clark, est invariablement «happy».
   
   Ce qui est dommage, c’est que cette recherche de l’énigme à tout prix, du suspens porté jusqu’aux dernières pages, l’est au détriment d’analyses et considérations plus fouillées tel le feraient une P.D. James ou un Hennig Mankell. C’est ce qui, à mon sens, va dévaloriser rapidement l’oeuvre de Mary Higgins Clark. Et là je ne parle pas du nombre d’exemplaires vendus, du cash généré … je parle bien de l’intérêt littéraire d’une oeuvre. Qui, peut-être pour certains, dans certains pays, passe au second plan?
   
   En résumé: question suspens ; OK, question intérêt littéraire ; peut mieux faire.

critique par Tistou




* * *