Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

A comme: D, tome 1, "Lord Faureston" de Alain Ayroles

Alain Ayroles
  A comme: D, tome 1, "Lord Faureston"
  A comme: Sept missionnaires
  A comme: De cape et de crocs - T 1
  Ados: De Cape et de Crocs -T 2 et 3
  A comme: D, tome 2, Lady d'Angerès
  A comme: De Cape et de Crocs -T 6 et 7
  A comme: De Cape et de Crocs -T 8 et 9
  A comme: De cape et de crocs - T 10

Alain Ayroles est un scénariste de bande dessinée né en 1968.

A comme: D, tome 1, "Lord Faureston" - Alain Ayroles

Une petite danse?
Note :

   Texte : Alain Ayroles
   Dessin : Bruno Maïorana
   
   Amis lecteurs, j’ai lu beaucoup de classiques vampiriques avant et n’ai pas eu d’envie subite de morsures et de gousses d’ail récemment. Si je ne désespère pas de revenir ici sur les incontournables du genre, je me contenterai pour l’instant de parler de la nouvelle série "D" *, et de son tome 1, "Lord Faureston".
   
   Explorateur connu pour ses récits de voyage, Richard Drake est de retour dans les soirées et clubs londoniens le temps d’organiser un nouveau périple et de chercher un financement. Il s’éprend de la jeune Catherine Lacombe, une jolie fille qui n’a pas sa langue dans sa poche. C’est pourtant l’énigmatique Lord Faureston qui a la préférence des parents de la belle, qui ne voient certainement pas en Drake un bon parti. Noble, voué à hériter un jour de sa tante richissime, Faureston présente de nombreux atouts et s’intéresse à Miss Lacombe, à laquelle il envoie des bouquets de roses chaque jour. Mais Faureston est loin d’être un gentleman comme les autres et l’on a tôt fait de voir en lui un démon pour le moins inquiétant.
   
   Cet album m’a beaucoup plu et ce pour de nombreuses raisons. Outre l’intrigue bien menée, les personnages variés, les belles illustrations (dessins et couleurs), les costumes et décors très travaillés, cette bande dessinée reprend les éléments qui me fascinent le plus dans le mythe du vampire, optant pour un personnage classique, monstrueux et sensuel, proche des dandys à la Dracula chez lesquels on perçoit cette même dualité.
   
   Vampire séducteur et cruel aux cheveux blonds, Faureston rappelle un peu le Lestat d’Anne Rice, même s’il est à mon avis plus bestial qu’esthétique. Imitant d’ailleurs l’exemple du comte Dracula, Faureston a ses quartiers dans une maison londonienne lugubre. Comme beaucoup de ses congénères littéraires, il est doté d’une force surhumaine et d’une capacité à défier les lois de la gravité mais, plus intéressant encore, son histoire renvoie à l’origine sans doute la plus connue du mythe: Vlad Tepes – une piste qui sera vraisemblablement développée par la suite. Quant aux victimes, elles ne sont pas sans rappeler quelques personnages. Catherine Lacombe fait un peu penser à Mina, hésitant entre le vaillant Jonathan Harker et le terrible comte, aux approches nocturnes enivrantes et à la sexualité explicite, tandis que la première victime du vampire est consentante et réclame l’immortalité, comme les mortels inconscients qui assistent aux représentations du Théâtre des Vampires dans "Interview with the vampire".
   
   Au final ce premier tome met en place une intrigue solide et laisse la porte ouverte à bien des développements, d’autant plus qu’on ne sait pour l’instant pratiquement rien de Lord Faureston. En attendant de retrouver les Carpates et l’Angleterre victorienne, je vous souhaite à tous bon appétit!
   
   *: "D", tout simplement pour Drakul?
   
   Et pour découvrir quelques textes classiques sur le thème des vampires, voici un petit Librio incontournable.

critique par Lou




* * *