Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Des choses fragiles de Neil Gaiman

Neil Gaiman
  Anansi Boys
  American Gods
  Neverwhere
  Ados: L'étrange vie de Nobody Owens
  Dès 11 ans: Coraline
  Des choses fragiles
  Dès 11 ans: Odd et les Géants de Glace
  Ados: Entremonde
  Ados: Stardust
  L'Océan au bout du chemin
  Dès 10 ans: La Belle et le fuseau

Neil Gaiman est un auteur britannique de romans et de scénarios, vivant aux États-Unis. Il est né en 1960.

Des choses fragiles - Neil Gaiman

Un autre effet papillon
Note :

   Que voulez-vous, on ne se refait pas… Bref.
   
    Recueil de 31 nouvelles et autres récits, "Des choses fragiles" serait, à en croire l’éditeur, un enchantement littéraire et une confirmation du talent d’un conteur inégalable. Et l’éditeur a presque raison. Un, les différents textes réunis n’ont rien d’inédits, du moins dans les pays anglo-saxons. Deux, enchantement littéraire est peut-être un brin excessif.
   
   Je dirais donc, pour chipoter un peu que ce n’est pas une confirmation, mais le plaisir est immense de trouver sous une même couverture des nouvelles, des poèmes, auparavant éparpillés dont l’auteur prend la peine de raconter, dans sa préface, la genèse et l’histoire. On passe donc allégrement de la fantasy urbaine au fantastique, de l’horreur à la poésie, de l’humour à l’angoisse, sans que jamais la qualité de l’écriture ne se démente.
   
    Bien sûr, tous les textes ne sont pas de qualité égale, bien sûr, certains sont plus prenants et passionnants que d’autres. Mais les quelques faiblesses qui apparaissent parfois sont largement compensées par la manière dont l’auteur parle de sa manière d’écrire, de ses doutes, et par l’évidente force des textes. Autrement dit, même quand Gaiman est moyen, il est encore vraiment, mais alors vraiment, bon.
   
   Parmi mes textes préférés, "Une étude en vert", variation fascinante sur le thème de Sherlock Holmes et du théâtre, "L'heure de la fermeture" pour ces peurs enfantines qui font rire et qui pourraient bien recouvrir une vérité dérangeante, "Souvenirs et trésors" pour son horrible personnage principal, "La vérité sur le départ de miss Finch" pour son ambiance tellement freaks, "L'oiseau-soleil" pour son humour ironique, et surtout, "Le monarque de la vallée" où l'on retrouve Ombre, le héros d'American Gods.
   
   Mention spéciale à la couverture, absolument superbe!

critique par Chiffonnette




* * *