Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le carré de la vengeance (Pieter Van In, 1) de Pieter Aspe

Pieter Aspe
  Le carré de la vengeance (Pieter Van In, 1)
  Chaos sur Bruges

Le carré de la vengeance (Pieter Van In, 1) - Pieter Aspe

Et une duvel bien fraîche!
Note :

   Tout avait commencé par ce qui ressemblait au banal cambriolage d'une bijouterie, dans le vieux centre de Bruges. Mais voilà, les propriétaires – la famille Degroof – appartiennent au gratin de la bourgeoisie locale, et ils entretiennent des relations priviliégiées avec le bourgmestre. Aussi la police et le parquet se donnent-ils le mot pour traiter l'affaire avec toute l'attention qu'elle ne mérite sans doute pas vraiment... Encore que... Pieter Van In - commissaire adjoint que son ami Léo Vanmaele, expert près de la police judiciaire, décrit en ces termes: "[Il] avait quarante et un ans, il fumait comme une usine du dix-neuvième siècle et il consommait autant [de duvel*] qu'une Land Rover en régime tout terrain." (p. 64) , le coeur en compote et le compte en banque dans le rouge depuis que sa femme l'a quitté en emportant leurs économies et en lui laissant l'emprunt hypothécaire de leur charmante maisonnette de l'impasse du Poisson-Gras – ne tarde pas à subodorer une anguille sous roche et donc pas mal d'ennuis en perspective... Les bijoux n'ont en effet pas été emportés, mais dissous dans un aquarium rempli d'eau régale. Et un mystérieux message en latin vient par-dessus le marché piquer la curiosité de notre fin limier.
   
   Ce n'est pas tous les jours que des cambrioleurs détruisent leur butin sur les lieux-mêmes du crime! Et ce n'est pas tous les jours que Mme la substitut du procureur – il est vrai fraîchement nommée à ce poste -, se déplace sur la scène d'un délit de ce genre. Hannelore Martens – sa silhouette de rêve, ses taches de rousseur et sa délicieuse odeur... ces messieurs de la police en sont tout chose, jusqu'au brigadier Guido Versavel qui a pourtant, selon la formule consacrée, d'autres préférences, et tout particulièrement Pieter Van In qui ne s'en remet pas – fait donc elle aussi son entrée en scène au cours de cette première enquête concoctée par Pieter Aspe dans sa bonne ville de Bruges, la première d'une longue série couronnée par un succès phénoménal auprès du public néerlandophone, avec vingt-cinq titres à ce jour, plus d'un million de livres vendus et une série télévisée qui cartonne sur la chaîne privée VTM.
   
   Et de fait, cette sombre histoire de vengeance et de secrets familiaux, digne de l'Angleterre victorienne d'Anne Perry, mais qui se voit ici assaisonnée d'une bonne dose de gouaille et de verve, m'a offert un très bon moment de détente. Une agréable escapade dans la jolie ville de Bruges qui sous la plume de Pieter Aspe n'est pas morte pour deux sous!
   
   
   * Il s'agit bien sûr d'une bière: blonde, légèrement amère et titrant à 8.5% d'alcool, elle tire son nom du patois brabançon "duvel", qui signifie "diable". Produit-phare des brasseries Moortgat, elle est très populaire en Belgique.
   
   
   Extrait:
   
   "Van In connaissait Grote Thems, le quartier de villas cossues où vivait Degroof. Habiter là, c'était affirmer sa respectabilité. Cela grouillait de médecins, de commerçants pleins aux as, d'agents de change, de banquiers, de rentiers... Les titres de noblesse y étaient tenus en haute estime, mais il était également bien vu de faire partie du Rotary Club ou du Kiwanis, d'être chevalier de l'ordre de Malte ou surnuméraire de l'Opus Dei..." (p. 80)

critique par Fée Carabine




* * *