Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Lutetia de Pierre Assouline

Pierre Assouline
  La cliente
  Etat limite
  Les entretiens de Lire
  Le dernier des Camondo
  Lutetia
  Le Portrait
  Double vie
  Les invités
  Vies de Job
  Une question d'orgueil

Pierre Assouline, né le 17 avril 1953 à Casablanca (Protectorat français du Maroc), est un journaliste, chroniqueur de radio, romancier et biographe français, ancien responsable du magazine Lire et membre du comité de rédaction de la revue L'Histoire.
(Wikipedia)

Lutetia - Pierre Assouline

Tout simplement passionnant!
Note :

   Dans ce roman passionnant et captivant, Pierre Assouline met en scène un grand hôtel de luxe parisien «Le Lutetia» , encore aujourd’hui unique palace de la rive gauche, de 1938 à 1945. Il revient avec bonheur sur la vie de cet hôtel pendant cette période critique de l’histoire. Son narrateur, Edouard Kiefer, est l’homme chargé de la sécurité du Lutetia et des clients. Il verra se succéder de grands intellectuels avant la guerre, comme Albert Cohen venu y écrire son roman «Belle du Seigneur». La première partie du livre revient ainsi sur ces moments d’avant guerre, où l’hôtel est un lieu recevant de nombreux artistes.
   
   Dans une seconde partie, le récit bascule dans la période de l’occupation allemande. A partir de juin 1940, le service de renseignement et de contre-espionnage de l’occupant allemand, l’Abwehr, y installe en effet son quartier général, ancrant ainsi le récit dans la réalité des heures les plus sombres de la guerre. J’ai ainsi découvert l’existence et la vie de cet hôtel, en me retrouvant plongée dans la vie parisienne sous l’occupation. Et le quotidien du narrateur qui n’a de cesse de faire face aux officiers allemands.
   
    Enfin, cet hôtel accueillera à la fin du conflit les déportés sortis des camps de concentration. S’y succèdent alors les familles à la recherche des leurs. Aujourd’hui encore une plaque apposée sur l’hôtel en atteste, informant que ce lieu fut un centre d’accueil des familles de déportés à la libération.
   
    Mais ce récit est superbement servi par la présence du narrateur, grâce à qui Pierre Assouline mêle avec bonheur fiction et réalité. Cet homme, ancien flic des RG, à la fois invisible et omniprésent, intouchable en quelque sorte, sert avec brio l’histoire, tant dans la description qu’il fait de la vie de cet hôtel à ces différentes périodes qu’à la confession de son histoire d’amour secrète avec une amie d’enfance.
   
   Servi par un superbe travail de documentation, l’écriture est magnifique. Je viens de faire la découverte d’un auteur brillant, dont je ne soupçonnais pas le talent. Pour les passionnés d’histoire et aussi pour les autres…
   ↓

critique par Éléonore W.




* * *



Beauté de l'écriture, récit mémorable!
Note :

   Dès les premières lignes de ce roman, oeuvre de fiction inspirée par l'Histoire, j'ai été éblouie d'abord, et par la suite, entièrement séduite par la qualité et la beauté de l'écriture de cet écrivain.
   Étant québécoise, désirant en connaître un peu plus sur le personnage j'ai découvert lors de ma démarche qu'en octobre 2007, Pierre Assouline a obtenu le Prix de la langue française qui récompense «l'œuvre d'une personnalité du monde littéraire, artistique ou scientifique qui a contribué, de façon importante, par le style de ses ouvrages ou son action, à illustrer la qualité et la beauté de la langue française».
   
   A l'image de ce beau roman pudique illustrant de façon magistrale le mythique Hôtel Lutétia de la rive gauche de Paris, Édouard Kiefer est un héros modeste, porté par la grande et la petite histoire, guidé par un romancier habile à restituer l'émotion dormant dans les archives.
   
   Dans un équilibre sensible et nuancé entre la précision biographique et le souffle romanesque, l'auteur redonne vie avec un art du clair-obscur à une légende fascinante marquée par des évènements tragiques et inoubliables.
   
   Même si étrangère à ce passé et que certains passages ou allusions me sont demeurés abstraits, j'ai été profondément émue, bouleversée et choquée par l'ensemble de ce récit qui me laisse un mémorable souvenir de lecture.

critique par Françoise




* * *