Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les Fous littéraires de André Blavier

André Blavier
  Les Fous littéraires

Les Fous littéraires - André Blavier

Un travail de dingue
Note :

   Veyrier, 1982 pour la première édition, Editions des Cendres, 2000 pour l'édition "nouvelle, revue, corrigée et considérablement augmentée"; 1152 pages
   
    Lorsque je suis venu à m'intéresser aux fous littéraires, c'était, et je pense ne pas être le seul dans ce cas, pour me payer une bonne tranche de rigolade. Il faut dire que, si je mets de côté une lointaine lecture des Enfants du Limon de Queneau, mon initiation s'était faite par le biais d'une émission de radio consacrée à Jean-Pierre Brisset dans laquelle Claude Piéplu lisait des extraits des Origines humaines et c'était plus drôle que l'intégrale des Shadoks. Lorsqu'il fallut creuser un peu le sujet et s'aventurer par exemple dans les 1300 pages des Œuvres complètes de Brisset rassemblées par Marc Décimo, je m'aperçus bien vite que l'étude des fous littéraires n'était pas toujours synonyme de franc boyautage. Comme l'écrit Paul Gayot dans un article des Cahiers de l'Institut: "La plupart des fous littéraires sont parfaitement emmerdants." "Ils deviennent fous, mais ils restent cons" constatait Julien Torma. De là dire que la somme d'André Blavier est un pensum, il y a un pas que je ne franchirai pas mais elle est parfois de lecture ardue, la faute en incombant bien sûr aux tapés de toutes espèces largement cités dans ses pages.
   
   Après une introduction assez peu académique qui fait parfois craindre que Blavier lui-même soit légèrement atteint du mal qu'il décrit, les fous littéraires sont regroupés selon les rubriques suivantes: Cosmogones, Philosophes de la "Nature", Prophètes, Visionnaires et Messies, Quadrateurs, Astronomes et Météorologistes, Persécutés, Persécuteurs & Faiseurs d'Histoire(s), Savants, Médecins et Hygiénistes, Inventeurs et Bricoleurs, Candidats, Philanthropes, Sociologues & Casse-Pieds, Romanciers & Poètes, certains olibrius particulièrement doués émargeant à plusieurs de ces catégories. Après cela, on peut dire que le sujet est épuisé, même si la recherche continue et que des découvertes ont été faites depuis que Blavier s'est éteint en 2001, une des fiertés des découvreurs étant d'ailleurs de pouvoir inscrire sous un nouveau nom la mention "Ne figure pas dans le Blavier". Nous nous contenterons ici, pour ne pas rebuter le notulien, de glaner dans la masse quelques éléments qui nous ont amusé: des titres (Vie de Jésus dans le ventre de Marie, Luigi Novarini, 1642; L'Heure des marées dans la mer Rouge comparée avec l'heure du passage des Hébreux, anonyme, 1755; De la courbe que décrit un chien courant après son maître, abbé Moussaud, 1820), des langues nouvelles (dans sa Langue universelle et analytique de 1844, Etienne Vidal nous apprend que "le bon roi Dagobert a mis sa culotte à l'envers" se dirait sous toutes les latitudes "La lèn xa fé fa féan xéa lan za xa fa xa faif"), des recueils de blagues pour rire en société (50 histoires pour rire pendant la décapitation, Albert Liptay, 1912), des Vosgiens (D. Humbert, de Mirecourt, auteur d'une Preuve de l'existence de Dieu, la divinité du Christ d'après Napoléon Ier, 1865, Claude Villiaume, né à Charmes en 1780, Henry Rollin, de Monthureux-sur-Saône, auteur de l'Histoire d'un fou racontée par lui-même, 1896), des homonymies (François Bon est aussi un fou littéraire, et pas des moindres), des programmes électoraux (un certain Cotton annonçant "le triomphe prochain de la Civilisation par la transformation du lac Léman en terres cultivables, par dessèchement" en 1889), des anecdotes ("Un charlatan, plus ou moins, nommé Falb, annonça à Vienne la fin du monde, à la suite d'un choc cométaire, pour le 14, 15 ou 16 novembre 1889. Peu d'années auparavant, il parcourait le Pérou, prédisant contre argent comptant les tremblements de terre dont la région est le fréquent théâtre. C'est ce qu'il était en train de faire, au cours d'une conférence à Lima, lorsque les premiers signes d'un séisme bien réel se firent sentir. Falb tenta de retenir son auditoire, qui cherchait à se mettre à l'abri, en proférant avec beaucoup d'à-propos: "Mesdames, Messieurs, ceci est un tremblement de terre et, je profite de l'occasion pour le pronostiquer"), des révélations ("J'ai acquis la preuve éclatante, irréfutable, que le soleil n'est pas à plus de dix-huit kilomètres de la Terre et je vous le prouverai quand vous voudrez..." , lettre à L'Intransigeant, 1933), des fulgurances ("Dieu sait tout hormis qu'il n'existe pas", Alexandre Swietorzecki, 1933), des oulipiens par anticipation (Jean-François de Mas-Lastrie, auteur en 1854 d'un Petit livre de poche très pittoresque et des plus curieux, contenant cinq lettres morales et chrétiennes d'un père à son fils; dans la rédaction de chacune d'elles on remarquera l'absence d'une des cinq voyelles de notre alphabet), des fous récents (Jean Descombes, auteur d'une Histoire de France en sonnets, en 1984) qui tendent à prouver que les fous littéraires ne sont pas tous poussiéreux et que leur étude a encore de beaux jours à vivre.

critique par P.Didion




* * *