Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Nazis dans le métro de Didier Daeninckx

Didier Daeninckx
  En marge
  Le der des ders
  La mort n'oublie personne
  Le Poulpe : Éthique en toc
  Le facteur fatal
  Play-back
  Dès 10 ans: Il faut désobéir : La France sous Vichy
  Dès 10 ans: Un violon dans la nuit
  Passages d'enfer
  La route du Rom
  Lumière noire
  Mort au premier tour
  Cannibale
  Camarades de classe
  Itinéraire d’un salaud ordinaire
  Métropolice
  Nazis dans le métro
  Missak
  Histoire et faux-semblants
  Meurtres pour mémoire
  Galadio
  D comme: Le der des ders
  Le dernier guérillero
  Rue des degrés
  Caché dans la Maison des Fous

Didier Daeninckx est né en 1949.
Avant d’être écrivain, il fut imprimeur, animateur, journaliste local..
Son premier livre fut «Meurtres pour mémoire», dans la Série Noire Gallimard en 1984.
Son œuvre de romans populaires ou policiers (Il a plusieurs fois participé aux aventures du Poulpe) s’accompagne d’une critique sociale, historique et politique. Elle a déjà été récompensée par plusieurs prix.

Nazis dans le métro - Didier Daeninckx

N° 7 de la série “Le Poulpe”
Note :

   «Nazis dans le métro» est donc le n° 7 de la série du Poulpe, dont on connait le principe: un auteur par n°, un héros récurrent: «Le Poulpe» alias Gérard Lecouvreur, des personnages quasi obligés, dont le restaurant «Le pied de porc à la Sainte Scholasse» tenu par Gérard et Maria où «Le Poulpe» prend connaissance du faits- divers dans le journal qui va lancer sa quête, Chéryl, coiffeuse et compagne du «Poulpe» …
   
   C’est la première contribution de Didier Daeninckx à la série du Poulpe, et déjà l’impression de retrouver nos marques qui prédomine. Plongée dans le monde néo-nazi (ça revient souvent chez Le Poulpe, normal pour un anar!) parisien et ses turpitudes réelles ou supposées.
   
   André Sloga, un écrivain hors normes de 78 ans est passé à tabac dans son parking souterrain, à Paris, et Le Poulpe en a vent via sa lecture quotidienne au «Pied de porc …». Justement, André Sloga il le connaissait. Et du flair, de l’intuition (il doit être Gémeaux – à éclaircir!) il n’en manque pas Le Poulpe. Il flaire l’affaire politique, ou tout comme, et il va remonter le fil jusqu’aux instigateurs de ce mauvais coup et se retrouver en première ligne face aux néo-nazis parisiens. Des méchants donc, autant que Gérard Lecouvreur (Le Poulpe) est un gentil. Très dichotomique cet épisode qui nous emmène dans, outre les tréfonds parisiens, le Marais Poitevin. On y croise par ouï-dire Ségolène Royal en tant que responsable politique de la région, ainsi que d’autres personnages réels :
   "Michel Droit et Alain Peyrefitte se portèrent au secours de leur futur collègue, mais Gabriel Lecouvreur les reçut comme Pedro avait voulu qu'ils le fussent. Une claque retentissante sur la joue de l'un en souvenir de mai 68, un coup de santiag dans l'entrejambe de l'autre, pour venger les éléphants d'Afrique."

   
   Un Poulpe conforme au bilan. Pas le meilleur ni le plus nuancé.
   
   
   PS: Quelques renseignements sur Le Poulpe

critique par Tistou




* * *