Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les mille et une nuits de Naguib Mahfouz

Naguib Mahfouz
  Impasse des deux palais (La trilogie du Caire, tome 1)
  La belle du Caire
  Passage des miracles
  Chimères
  Vienne la nuit
  Le palais du désir (La trilogie du Caire, tome 2)
  Les fils de la médina
  Le voleur et les chiens
  La quête
  Le mendiant
  Dérives sur le Nil
  Miramar
  Récits de notre quartier
  Son excellence
  Akhénaton le renégat
  Matin de roses
  Echos d’une autobiographie
  Les mille et une nuits
  Le voyageur à la mallette, Le vieux quartier
  La malédiction de Râ
  Karnak Café

AUTEUR DES MOIS D’AVRIL & MAI 2008


Naguib Mahfouz est un écrivain égyptien très prolixe, né au Caire en 1911 et décédé en 2006.

Après des études de philosophie, il a écrit et publié très jeune. Après des tentatives de romans historiques situés à l’époque pharaonique, il décide de placer ses œuvres dans l’époque qui lui est contemporaine. C’est, pour l’Egypte, une époque de profonds bouleversements et il veut en témoigner. Cela donnera lieu surtout à son œuvre maîtresse : La Trilogie du Caire, énorme saga familiale et historique de 1500 pages qui fut divisée en trois romans pour en faciliter la publication.


L’écriture de Naguib Mahfouz témoigne de son époque, elle est donc inévitablement politique et, dans une Egypte qui a du mal à gérer son indépendance, elle sera polémiste et lui vaudra beaucoup de difficultés et une condamnation par les fanatiques pour « blasphème » à cause de laquelle il sera attaqué au couteau en 1994 et frôlera la mort.


Il a été la figure la plus marquante du roman arabe du 20ème siècle. Il a reçu à ce titre le prix Nobel de littérature en 1988.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Les mille et une nuits - Naguib Mahfouz

Poursuivre l'œuvre de Shéhérazade
Note :

   Avoir la chance de pouvoir lire les 1001 nuits à Jodphur, cela avec une vue directe sur Mehrangarh ou dans la forteresse elle même participe assurément au voyage. Rencontre entre l'Orient avec l'Égypte et l'Asie avec l'Inde permet aux contes de renaître et d'exister à nouveau sous un autre jour; la réalité est presque palpable, les contes existent bel et bien sous le doux regard de la lune où on s'enivre d'un lassi et on se perd avec la plus grande délectation dans les histoires du conteur né qu'est Naguib Mahfouz.
   
   Ce premier recueil lu de ce grand romancier (prix nobel en 1988) qui nous à quittés récemment permet de retrouver l'univers propres des contes, de leurs indépendance et de leur morale vis à vis des différentes attitudes qui dans la vie vous mènent d'un côté du fleuve ou de l'autre. Entre Djins et génies, entre mal et bien, Dieu seul sait et voit toutes choses... des hommes peuvent parfois avoir des destins incomparables et pour certains même apprendre de leur conduite et de leur vie passée, nul n'est épargné du plus humble au plus grand. Il n'est jamais trop tard pour essayer de sauver son âme.
   
   Entre le sultan Schahriar et Schéhérazade qui vient d'échapper de justesse à la mort après trois ans de nuits et de contes... c'est dans cette continuité que viennent sanaan Al-Jamali, puis et surtout celui qui restera avec nous longtemps encore même si sous des traits différents en apparence Gamsa al-Balti. Mais ne vous en faites pas il sera aussi question de Nouredine et Douniazade et de biens d'autres encore même d'un bonnet qui rend invisible mais à quel prix... Sindbad lui même sera de retour et quel retour nous contera t-il... les aventures vous attendent avec le plus grand des plaisirs à consommer sans aucune modération; plongez dans cet univers pour en ressortir autres, pleins d'étoiles et de mirages.

critique par Herwann




* * *