Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Quartier perdu de Patrick Modiano

Patrick Modiano
  Chien de printemps
  Rue des boutiques obscures
  Accident nocturne
  Un pedigree
  Livret de famille
  Dans le café de la jeunesse perdue
  La petite bijou
  Dora Bruder
  L'Horizon
  Quartier perdu
  L'Herbe des Nuits
  Vestiaire de l’enfance
  Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier
  Du plus loin de l'oubli
  Remise de peine
  De si braves garçons
  La place de l'étoile
  Des inconnues
  Villa Triste
  Souvenirs dormants

Patrick Modiano est un écrivain français né en 1945, Grand prix du roman de l'Académie française en 1972, Prix Goncourt en 1978. Prix Nobel 2014 pour «l'art de la mémoire avec lequel il a évoqué les destinées humaines les plus insaisissables et dévoilé le monde de l'Occupation».

Quartier perdu - Patrick Modiano

Ouvreur de pistes
Note :

    Lorsqu'on pratique avec assiduité l’œuvre de Modiano, on peut, par moments, essayer de se détacher de ce qui est généralement admis: la persistance des thèmes, l'atmosphère nostalgique, le flou du passé et de la mémoire, tous ces poncifs que resservent les critiques à chaque nouveau roman de l'auteur et qui, il est vrai, participent du plaisir que l'on prend à sa lecture.
   
   Essayer de s'en détacher, cela peut être rechercher les liens entre la biographie de Modiano et celle de ses personnages, étudier les échos de Perec qui hantent certains de ses romans, goûter l'onomastique des personnages, ce genre de choses. Avec "Quartier perdu", qui met en scène un écrivain à succès revenant à Paris vingt ans après et confronté, comme d'habitude pourrait-on dire, aux vestiges de son passé, on peut par exemple essayer de déceler un regard ironique de Modiano sur lui-même et son travail. Ainsi Jean Dekker, l'écrivain narrateur, est présenté comme "un nouveau Ian Fleming", et lorsqu'il entend, après avoir composé un numéro de téléphone, "Il n'y a plus d'abonné au numéro que vous avez demandé", son commentaire pourrait venir de Modiano lui-même: "C'est important pour quelqu'un comme moi d'entendre de telles choses. Ça fait travailler l'imagination". Autre piste, les personnages réels qui apparaissent: l'écrivain Irwin Shaw, présenté comme un ami de Jean Dekker (en se rappelant qu'Albert Dekker fut lui-même un acteur américain), le réalisateur Albert Valentin, l'acteur Roland Toutain, le surnom de Gyp donné à un des personnages féminins... On pourrait aussi, si l'on était sur place, suivre l'itinéraire parisien de Jean Dekker, rechercher les maisons et les hôtels mentionnés qui sont tous situés précisément, tester les numéros de téléphone, ne serait-ce que pour entendre la fameuse phrase et faire travailler son imagination. Il y a des tas de choses à faire avec Modiano, et on est loin d'en avoir fait le tour.

critique par P.Didion




* * *