Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Il ne fait jamais noir en ville de Marie-Sabine Roger

Marie-Sabine Roger
  La tête en friche
  Il ne fait jamais noir en ville
  Les encombrants
  Bon rétablissement
  Dès 04 ans: Tout Blanc
  Trente-six chandelles
  Vivement l'avenir
  Dans les prairies étoilées

Marie-Sabine Roger est une écrivaine française née en 1957.

Il ne fait jamais noir en ville - Marie-Sabine Roger

Nouvelles en friche
Note :

   S'il ne fait jamais noir en ville, le gris sale domine souvent! Auteur que j'ai découvert comme beaucoup de monde, je pense, avec son excellent roman "La tête en friche". Ici il s'agit d'un court recueil de nouvelles pas noires non plus, grisâtres et tristes comme une banlieue lointaine, ouvrière ou une campagne désertée. Mais parfois de grands bonheurs surgissent qui dépendent de peu de choses.
   
   "La loi de Murphy" vous connaissez? Non, ce n'est pas un western, c'est une sorte d'équation qui dit que les problèmes se suivent même s'ils ne se ressemblent pas! Donc un jour pluvieux pour Sylviane, femme seule un peu trop gentille, bonne pâte pour ne pas dire nunuche et Murphy lui joue des tours, mais elle va rencontrer Moïse....Qu'est-ce que l'on dit à Monsieur Murphy!
   
   Riders, streeters, cela roule ou glisse, une femme les admire, leur donne des surnoms, surtout à deux d'entre eux "Les Anges"… Et ils en sont, au moins, pour un soir.
   
   "Ce bon monsieur Mesnard" enfin il semble bien brave ce vieux bonhomme, c'est du moins ce que pense la jeune femme qui vient d’emménager dans l'immeuble. Elle déchantera devant le personnage pour le moins inquiétant! Une nouvelle angoissante.
   
   Dans "La parenthèse", l'auteur nous mène en bateau jusqu'au départ du train! Bravo, c'est fort. Une belle histoire d'amour.
   
   "Ce soir, c'est fête" et c'est vrai! Un grand moment de bonheur inespéré dans une ville qui s’agrandit sous le béton et la rapacité des promoteurs immobiliers. Souvenirs de jeunesse où aux portes de Paris, il y avait encore des petits pavillons et des terrains vagues! Par contre et par opposition, les campagnes se dépeuplent comme dans la nouvelle qui donne son titre au recueil. Et qui est un pied de nez aux admirateurs de la campagne pure et dure...
   
   Les personnages, des femmes pour la plupart, comme la teneur de ce recueil, n'inspirent pas une grande gaieté et ne respirent pas la joie de vivre. Seul moment de joie, la présence de Moïse... Une autre doit aller soigner son vieil oncle, elle s’occupera d'elle ensuite, la grande sœur célibataire sans enfant. Même les jours de fêtes, le ciel est triste, mais la conclusion peut être belle! Une belle galerie de personnages dans "Ce soir, c'est fête" dans une communauté d’exclus de la société actuelle. Un vieil homme qui travaille dur, pour un salaire de misère, mais c'est cela ou mourir de faim!
   
   C'est vrai le monde n'est pas drôle tous les jours, ce serait plutôt l'inverse. La vie commence à la naissance, mais elle peut recommencer à tous les âges!
   
   Un bon livre, des nouvelles courtes concernant des gens ordinaires que l'on pourrait croiser dans la rue, nous les rencontrons peut-être d'ailleurs! Un mélange de tristesse et de bonheur réussi.
   
   
   Extraits :
   
   - Par exemple, chaque matin, dès que j'arrive, M. Peyrelot se met à chanter:
   Tiens! Voilà du boudin! Voilà du boudin! Voilà du boudin!
   
   - Eux, rien ne les arrête, et surtout pas la peur.
   
   - Il a vécu sa vie. J'occupe le terrain.
   
   - Profitons-en, qui sait ce que demain nous réserve... calamita-t-il en retour.
   
   - Parfois elle se tait, elle a des gravités intenses, surprenantes.
   
   - Le ciel se traîne à ras de terre, il est d'un blanc crayeux sans espoir d'éclaircie.
   
   - Des existences basculaient, presque du jour au lendemain, glissant du pavillon au HLM, du HLM au foyer, du foyer à la rue.
   
   - Les nouveaux mariés sont des galets brillants qui chutent de très haut dans le lac de la foule. Ils font des vaguelettes, qui porte leur douceur jusqu'aux sables du bord.
   
   - Je suis venue te dire au revoir, adieu? Je ne sais pas. J'ai perdu toute certitude.
   
   - Le ciel bas. Toujours bas. Toujours terne et pesant.
   
   - Soixante-cinq ans d'horizon limité à la barrière du jardin, au grillage des poules, à la haie des rosiers qui ont encore pris des pucerons, cette année.

   ↓

critique par Eireann Yvon




* * *



Le monde des petits riens
Note :

   C’est un joli recueil de dix nouvelles, émouvantes, souriantes, écrites autour de la vie de petites gens, des gens de tous les jours, de ceux qui n’ont jamais rien d’extraordinaire à raconter, ceux à qui il semble n’arriver jamais rien et pourtant, c’est un vrai plaisir que de découvrir les petites particularités du voisin serviable mais inquiétant, du père qui va se séparer de son enfant. et ainsi de suite.
   
    Celle que j’ai préférée cependant est "La loi de Murphy", appelée aussi LEM ou loi de l’emmerdement maximum. Une employée modèle découvre un chat dans une poubelle, le recueille et sa vie en est toute renversée. Du jour au lendemain, elle passe à la rébellion et affirme très haut ce dont elle ne veut plus désormais. Non au fait de rester aider sa patronne après ses heures de travail. Non au don d’argent pour le bébé du voisin inconnu. Non au loueur de DVD pour son retard. Son bonheur et sa force lui viennent maintenant du petit animal qui attend ses soins, allongé sur son lit dans son appartement.

critique par Mango




* * *